Présidentielle 2017: Le candidat Emmanuel Macron boucle sa visite dans l’Océan Indien sans « grandes promesses »

No Comment

© Emmanuel Macron Facebook

Après une arrivée ovationnée et un meeting transformé en débat à la Réunion, le candidat du mouvement « En Marche » termine sa visite dans l’Océan Indien avec un arrêt de quelques heures à Mayotte.

Après les embrassades et les poignées de main, Emmanuel Macron a livré un discours à la mairie de Dzaoudzi-Labattoir.  Un meeting d’une heure mené tambour   battant dans une escale de trois heures dans le 101ème département français marqué par une forte immigration illégale, et des problèmes d’insécurité. Ce sera aussi le seul  lieu de rencontre avec la population mahoraise car le candidat s’envole pour Paris dans la soirée.  Dans son discours, le candidat a souligné que son quiquennat sera aussi le quinquennat de Mayotte avant de réitérer ses mesures sur l’éducation avec la réduction du nombre d’enfants par classe en primaire. Emmanuel Macron a insisté sur le développement économique de Mayotte et la continuité territoriale.

La veille, le candidat Emmanuel Macron avait été chaleureusement accueilli à l’aéroport Roland Garros avant un meeting transformé en jeu de questions-réponses avec le public.  Une formule qui n’a pas convaincu les 2500 réunionnais venus l’entendre au Stade de l’Est. Il a expliqué qu’il ne voulait pas faire « de grands discours lyriques ni de grandes promesses à une île qui en a déjà trop entendues ».
Cependant, l’ancien ministre de l’Economie veut inciter l’Union européenne à prendre davantage en compte l’Outre-mer dans ses normes et règlements. « Je suis pour un État qui déconcentre, qui redonne des responsabilités aux fonctionnaires de terrain et ça vaut pour cette île en particulier. Vous avez vu, l’agriculture ici n’a rien à voir avec celle de la Creuse ou du Cantal », a-t-il souligné, en demandant ainsi de « pouvoir transférer des compétences réglementaires aux collectivités ».

reunion2

© Facebook Emmanuel Macron

Il a en outre réaffirmé sa volonté de renforcer l’effort de l’Etat pour la continuité territoriale, afin de réduire le coût des billets d’avion entre l’île et la métropole, mais aussi entre La Réunion et les pays voisins « pour les entrepreneurs et les étudiants ». En somme, le candidat a tenu sa promesse, celle de ne faire  aucune promesse.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment