Pacifique: La France et le Vanuatu régleront-ils leur différend concernant les îles Matthew et Hunter ?

1 Comment

© MALFFB ADG / Benjamin SHING

Plusieurs officiels Vanuatais et Français se sont retrouvés à l’université de Sydney (Australie) cette semaine pour négocier leur différend sur la propriété des îles Matthew et Hunter. Les 2 îles volcaniques inhabitées sont situées à 300 kilomètres à l’est de la Nouvelle-Calédonie et à l’extrême sud de l’archipel du Vanuatu.

Ils sont revendiqués par le Vanuatu comme faisant partie de la province la plus méridionale de Tafea, mais la France a également affirmé qu’ils faisaient partie de la Nouvelle-Calédonie. La bataille pour  ces deux îlots dure depuis plus de 80 ans.

En 1929, la France prend possession de Matthew et Hunter, îlots inhabités, et en rattache la gestion à Port-Vila aux Nouvelles-Hébrides. En 1965, le Royaume-Uni demande le rattachement de ces bouts de terre émergés aux Nouvelles-Hébrides, au motif de la continuité de l’arc insulaire, mais la France refuse. En 1975, cette dernière dépose une plaque commémorant la prise de possession de 1929. En 1976, l’Etat français détache la gestion de Matthew et Hunter des Nouvelles-Hébrides et la rattache à Nouméa. En 1980, les Nouvelles-Hébrides devenues Vanuatu accèdent à l’indépendance.Le 9 mars 1983, le drapeau du Vanuatu est hissé sur Hunter par l’Euphrosyne venue de Port-Vila avant qu’elle ne soit délogée par la frégate française La Dunkerquoise.

L’enjeu est énorme car si Paris et Port-Vila revendiquent chacune la souveraineté des 2 îlots, ce n’est pas pour leur valeur intrinsèque, mais pour l’extension des zones économiques exclusives (ZEE) qu’elles représentent … 190 000km² ! D’après le Daily Post, le comité Vanuatais serait optimiste quant aux résultats des différentes réunions.

800px-New_Caledonia_and_Vanuatu_map-fr.svg

Par Charles Baudry

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

1 Commentaire