Nouvelle-Calédonie : Le référendum n’est pas « sans risque », prévient Edouard Philippe

No Comment

Le 2 novembre dernier, Edouard Philippe obtenait un accord politique sur les listes électorales calédonienne, dont la traduction juridique devrait être votée le 20 mars ©Outremers360

Le référendum d’accession à la pleine souveraineté en Nouvelle-Calédonie, qui devrait se tenir le 4 novembre, est « un défi » qui n’est pas « sans risque », a prévenu mardi Edouard Philippe à l’Assemblée nationale, en appelant chacun à préserver « l’acquis » de 30 ans de paix.

« Poser la question de la pleine souveraineté ou de l’indépendance ou du maintien dans la République, c’est demander au peuple de trancher (…) de dire oui ou non. C’est forcément s’inscrire dans une logique binaire », a souligné le Premier ministre à l’ouverture des débats sur le projet de loi relatif à « l’organisation de la consultation sur l’accession à la pleine souveraineté de la Nouvelle-Calédonie ». « Mais ça n’est pas sans risque car trancher c’est parfois prendre le risque de diviser. Et diviser, en Nouvelle-Calédonie encore plus qu’ailleurs, est dangereux », a prévenu le locataire de Matignon.

En parallèle de cette consultation, « l’urgence est de rappeler ce qui unit, ce qui soude, ce qui porte la Nouvelle-Calédonie. Chacun de nous a la responsabilité de veiller, dans cette tension propre à la consultation, à protéger cet acquis », constitué notamment « par une pratique politique donnant une large place au consensus », a-t-il insisté. Dans ce sens, les principaux leaders calédoniens, indépendantistes et non-indépendantistes, préparent actuellement une Charte des valeurs de la Nouvelle-Calédonie, qui rassemblera tout ce qui unit les différentes communautés existantes dans l’archipel. Cette Charte devrait être finalisée aux alentours du 24 mars.

Après le Sénat, les députés ont débattu mardi du projet de loi organique sur « l’organisation de la consultation sur l’accession à la pleine souveraineté de la Nouvelle-Calédonie », qui traduit l’accord politique entre non-indépendantistes et indépendantistes obtenu le 2 novembre à Matignon lors du 16ème Comité des Signataires de l’Accord de Nouméa (1998). Le vote solennel, qui devrait être quasi-unanime, aura lieu le 20 mars.

Le texte permet notamment l’inscription d’office, sur la liste électorale générale des communes de la Nouvelle-Calédonie des natifs du territoire encore non-inscrits, condition préalable pour qu’ils puissent ensuite accéder à la liste spéciale pour le référendum. Il définit également les modalités de mise en place de bureaux de vote délocalisés, destinés notamment aux inscrits des îles installés sur la Grande terre. Avec le vote de ce projet de loi, « un grand pas aura été accompli vers un scrutin sécurisé juridiquement et politiquement dans son organisation », a estimé Edouard Philippe. La formulation de la question du référendum, qui « est source de nombreuses rumeurs, alors que le champ des possibles est très limité », sera abordée lors du prochain Comité des Signataires, attendu le 27 mars, a indiqué le Premier ministre.

Avec AFP.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment