Nomination: Frédéric Potier, conseiller technique outre-mer à Matignon devient Préfet et délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT.

No Comment

© Jean-Philippe Gionnet

IL succède à Gilles Clavreul à la suite du Conseil des Ministres de ce 3 mai 2017. En plus de cette nomination, il est également promu Préfet chargé d’une mission de service public relevant du Gouvernement.

Né le 18 janvier 1980, Frédéric Potier a côtoyé les grandes instances du pouvoir tout au long de sacarrière. Après un parcours universitaire à Sciences Po et à l’ENA, il se tourne vers les affaires intérieures, l’aménagement du territoire et l’Outre-Mer des domaines d’intervention dont il apprécie le caractère « concret ».

Il fait ses premiers pas de haut-fonctionnaire au sein du Ministère de l’Outre-mer de 2006 à 2008 comme chef du bureau des affaires politiques et des libertés publiques. Ensuite, il deviendra le directeur de cabinet du Préfet de la Région Centre, d’avril 2008 à octobre 2009. Potier occupera durant trois ans le poste de chef du bureau des élections au sein du Ministère de l’Intérieur.

Dès juillet 2012, Frédéric Potier entre au cabinet de Claude Bartolone, président de l’Assemblée Nationale. Durant deux ans, il est en charge des affaires constitutionnelles, de l’intérieur et l’outre-mer.  Après le pouvoir législatif, Frédéric Potier rejoint le pouvoir exécutif. En 2014, il intègre le cabinet de Manuel Valls en tant que conseiller technique outre-mer.

Fort de son expérience de chef du bureau des élections au Ministère de l’Intérieur, Frédéric Potier est aussi un spécialiste du scrutin électoral. En 2012, il a co-écrit avec le journaliste Pascal Jan: « L’élection présidentielle en France ». Il participa également à l’écriture du code électoral 2014. Plus récemment, Frédéric Potier a réactualisé le Code électoral 2017 avec Michel de Villers, professeur honoraire de l’université de Nantes.

La délégation interministérielle placée, depuis novembre 2014, sous l’autorité du Premier ministre a pour mission de donner une nouvelle impulsion à l’action publique en matière de lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT. Fin 2016, la Délégation interministérielle a vu son champ d’intervention, élargi à la lutte contre la haine et les discriminations anti-LGBT (Lesbienne, Gay, Bi et Trans).

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment