Mutation des fonctionnaires ultramarins : Le Ministère de l’Intérieur prendra en compte les CIMM

No Comment

©Patrick Kovarick / AFP

Interpellée par l’ancienne Ministre des Outre-mer et actuelle députée de La Réunion Ericka Bareigts, Jacqueline Gourault, Ministre auprès du Ministre de l’Intérieur, a affirmé que « les circulaires de mobilité prennent en compte les CIMM pour les mutations des policiers ». « C’est une grande avancée car ce Ministère était l’un des plus en retard », a salué Ericka Bareigts.

Instigatrice de la loi Egalité réelle, dans laquelle l’article 85 « ajoute aux priorités statutaires une priorité aux fonctionnaires qui justifient de Centre des Intérêts Moraux et Matériels (CIMM) dans une des collectivités régies par les articles 73 et 74 de la Constitution », Ericka Bareigts a interpellé Jacqueline Gourault, Ministre auprès de Gérard Collomb, sur l’application de cet article par Place Beauvau. « Nous sommes régulièrement alertés de problèmes dans la mise en œuvre de ces différentes mesures par le Ministère de l’Intérieur et plus particulièrement pour les agents de la police nationale », a déclaré Ericka Bareigts.

« En effet, en raison des départs en retraite et de la construction du commissariat de Saint-André, de nombreux postes seront à pourvoir. Les situations de nombreuses familles sont douloureuses : certains Réunionnais que je rencontre travaillent dans l’Hexagone depuis 10 ou 15 ans et ne peuvent toujours pas revenir malgré un dossier exemplaire et malgré des postes ouverts », poursuit-elle, « il est dans votre intérêt (…) que les fonctionnaires ultramarins puissent revenir dans leurs collectivités d’origine. Il est donc urgent et nécessaire que le Ministère de l’Intérieur tienne pleinement compte des CIMM dans sa politique de mobilité, comme l’attendent vivement de nombreuses familles au sein de notre pays ».

« Le ministère de l’Intérieur a pleinement pris en compte dans la gestion des mobilités de ses personnels, les dispositions de l’article 85 de la loi Egalité Réelle Outre-Mer », a répondu Jacqueline Gourault. « Ainsi, il est rappelé dans les circulaires de mobilité du second trimestre 2017, aux services de porter une attention toute particulière à la localisation du CIMM des agents que présentent les demandes de mutation pour les territoires ultramarins », poursuit-elle. « Lorsque des situations individuelles sont portées à notre connaissances, ou que des mobilités sont sollicités au motif d’une des priorités prévues par la réglementation en vigueur, dont le CIMM fait pleinement partie, il fait droit à la demande des agents à ce titre », assure la Ministre qui précise toutefois que « que certaines destinations font l’objet d’un nombre de demandes excédant largement le nombre de postes ouverts lors de chaque CAP, et que chaque demande est donc examinée avec la plus grande attention avec les partenaires syndicaux ».

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment