Mobilité des fonctionnaires ultramarins: Olivier Serva en déplacement à La Réunion et en Polynésie

No Comment

©DR

Dans le cadre de sa mission «Retour des forces vives », le député de la Guadeloupe et Président de la Délégation Outre-mer à l’Assemblée Nationale Olivier Serva se rendra d’abord à La Réunion puis en Polynésie au cours de ce mois de juin.

L’objectif de ces deux déplacements dans ces territoires ultramarins est « d’examiner concrètement les conditions permettant d’améliorer le déroulement de carrière des fonctionnaires ultramarins servant en outre-mer et d’envisager les dispositifs permettant de faciliter le retour de personnes compétentes et formées issues du territoire pour occuper des postes notamment de haute responsabilité ou à forte technicité », souligne le communiqué du député Olivier Serva.

Après La Réunion (du 12 au 15 juin), Olivier Serva se rendra du 26 au 28 juin sur le fenua. Accompagné de Jacques Augustin, contrôleur général de l’économie et des finances, l’objectif de ce déplacement est « d’examiner concrètement les conditions permettant d’améliorer le déroulement de carrière des fonctionnaires ultramarins servant en outre-mer et d’envisager les dispositifs permettant de faciliter le retour de personnes compétentes et formées issues du territoire pour occuper des postes notamment de haute responsabilité ou à forte technicité ».
Pour la député de Polynésie française Nicole Sanquer, cette visite sera l’occasion de faire « un premier bilan sur l’avancement des demandes de mutation dressé le 21 mars 2018 au niveau de tous les ministères et les services de l’État en métropole ».

Pour rappel, le Parlement a entériné en avril 2016, la prise en compte des centres d’intérêts matériels et moraux des fonctionnaires ultramarins dans le cadre de la loi « Déontologie, Droits et obligations des fonctionnaires », critères facilitant le le retour des agents originaires des Outre-mer dans leurs territoires respectifs.
En août, le député Moetai Brotherson avait interpellé la Ministre des Outremer sur la non effectivité de la loi sur ce sujet, dénonçant une forme de tourisme de la fonction publique. « A la théorie législative portée par la loi EROM semble s’opposer encore de vieux réflexes ancrés dans les directions d’administration d’Etat qui continuent de privilégier une forme de tourisme de la fonction publique, au détriment de fonctionnaires issus de Polynésie française, déjà formés à ses spécificités tant géographiques que culturelles et constitutionnelles », avait déclaré le député au sein de l’hémicycle.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment