Les collectivités territoriales de Martinique et de Guyane adoptent leur premier budget.

1 Comment

Cinq mois après leur mise en place, les collectivités uniques de Martinique et de Guyane ont voté leur budget 2016. Une adoption marquée par des tensions entre majorité et opposition.

Lors de leur dernière séance plénière cette semaine, les collectivités de Martinique et de Guyane ont acté leur premier budget. Il est d’un milliard 130 millions d’euros  pour la CTM (Collectivité Territoriale de Martinique). Un montant qui sera consacré  notamment à la relance de la commande publique, à l’action sociale,ou encore à la formation. L’opposition, lors de la présentation des chiffres a parlé d’un budget en décalage par rapport aux chiffres annoncés en mars dernier. « Vous aviez présenté un déficit abyssal au mois de mars, mais aujourd’hui, il n’existe plus dans l’affectation des résultats » remarquait Daniel Robin. Les élus de l’opposition ont quitté la séance avant la fin des débats, dénonçant « insultes, attaques et invectives du public ». Les 18 conseillers « Ensemble pour une Martinique Nouvelle » ne se sont pas exprimés au moment du vote du budget.

Les échanges ont été également animés entre majorité et opposition en Guyane. Le budget primitif 2016 d’un montant global de 662,5 millions d’euros a été adopté ce vendredi matin par la majorité des conseillers territoriaux. Le président de la collectivité territoriale de Guyane, Rodolphe Alexandre, a décrit un budget de « responsabilité ».  L’opposition, qui compte 13 élus, s’est abstenue lors du vote dénonçant «  un budget insincère et un recours à un emprunt qui ne serait pas porteur de richesse ». Ce budget est « à l’équilibre » a appuyé le président de la collectivité, Rodolphe Alexandre, et ceci « dans un contexte exceptionnel car il part d’un déficit de plus de 60 M€, 27 M€ [de déficit] de l’ex-conseil général, 35M€ de titres non recouvrés ».

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

1 Commentaire

  1. GRESSIER

    C’est une excellente chose, d’avoir pris au moins 5 mois, pour mettre à plat, tous les dossiers, procéder aux audits des comp- tes publics et faire un état des lieux de la Maison régionale, cela aurait pu être plus « soft » si au sein de ces deux Nouvelles Collec tivités, il y avait un consensus voire une collégialité des « pou- voirs » au niveau des Institutions et des personnes, mais appa- remment, les choses semblent être plus délicates et houleuses à certains égards…Comme il s’agit de la Mar tinique et de la Guya ne, nous ne pouvons nous permettre le luxe, de l’immobilisme, du statu quo, des freins et des blocages …On a déjà donné… 2009, a été l’année de tous nos malheurs qui perdurent encore, localement…Une génération s’est vue, plombée, désemparée, désoeuvrée, sans apprentissage, sans formation, sans avenir et sans perspective…est-ce leur faute? on ne tirera pas un trait sur le passé, c’est trop facile, mais on tirera toutes les conséquen ces, la Solution? l’exigence des compétences et rien d’autre. Nous sommes au XXIè siècle, nous entrons dans l’Histoire, par la grande porte, parce que nous sommes Libres et en Paix. Pour le développement endogène des Doms. Amitiés sincères.