La Réunion: procédure accélérée pour l’état de catastrophe naturelle après Berguitta

No Comment

©Imaz Press Réunion

Le préfet de La Réunion a annoncé mardi avoir obtenu le lancement d’une procédure accélérée pour la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle après le passage de la tempête tropicale Berguitta jeudi dernier.

Amaury de Saint-Quentin a fait cette annonce lors d’une rencontre avec les maires des communes du sud ainsi que ceux des communes de Saint-Leu (ouest), Saint-Benoît (est) et Sainte-Rose (est). Ce sont ces zones qui ont été le plus touchées par le passage de la tempête. « En complément de ce processus (de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle) j’ai mobilisé le fonds de secours outre-mer », a indiqué le préfet.

Le processus de reconnaissance de calamité agricole sera aussi lancé pour permettre l’indemnisation des agriculteurs touchés. Le délai de la procédure devrait cependant être plus long, a précisé Amaury de Saint-Quentin. La chambre d’agriculture vient de chiffrer les dégâts du secteur agricole à 16 millions d’euros.

Les pluies diluviennes qui se sont abattues sur le sud, le sud-ouest et une partie de l’est de l’île, ont provoqué la crue impressionnante de plusieurs cours d’eau entraînant des inondations et des coulées de boue. Alors que le réseau routier a été fortement impacté, un arrêté de péril imminent a été pris pour la destruction d’un total de 58 maisons dans les communes sudistes du Tampon, de la Petite-Île et de Saint-Pierre. Le maire de cette ville, Michel Fontaine, estime que Berguitta a provoqué dans sa commune entre 12 et 14 millions de dégâts.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment