Hausse de la délinquance en Nouvelle-Calédonie, renforcement des actions de sécurité

No Comment

©Fred Payet / AFP (Archives)

Les faits de délinquance ont augmenté de 27,6% entre 2016 et 2017 en Nouvelle-Calédonie, où la présence des forces de l’ordre sur le terrain va être renforcée, a indiqué mercredi le Haut-commissariat de la République.

Publiés par l’état-major de sécurité (Etat, police, gendarmerie, justice), les chiffres mettent en évidence un recul des cambriolages dans les habitations (-12,7%) mais une nette hausse (+37,5%) de ceux visant les locaux professionnels et commerciaux. Plusieurs centaines de commerçants ont d’ailleurs manifesté jeudi dans les rues de Nouméa, pour exprimer leur ras-le-bol. Dans la moitié des cas, les cambriolages sont commis par des mineurs, à la recherche d’alcool et de tabac. Avec une part en constante augmentation, les mineurs sont à l’origine d’un quart des infractions, quelles qu’elles soient.

« Au-delà de la répression pénale, il y a un besoin de prise en charge par le service de la protection judiciaire de l’enfance et de la jeunesse (compétence locale,ndlr) », a déclaré à la télé NC 1ére, Thierry Lataste, Haut-commissaire en Nouvelle-Calédonie. La consommation excessive d’alcool, présente dans la quasi-totalité des délits, demeure également un problème crucial. Avec 6 652 ivresses publiques manifestes (IPM) en 2017, l’archipel enregistre une hausse de près de 35% par rapport à 2016. A elle seule, la ville de Nouméa représente 20% des IPM de tout le territoire national. Les violences physiques non crapuleuses (violences conjugales et rixes entre personnes alcoolisées) grimpent également de près de 10%.

Dans ce contexte, alors qu’un référendum sensible sur l’indépendance a lieu en novembre en Nouvelle-Calédonie, Thierry Lataste a annoncé une hausse de 10% des patrouilles en zones gendarmerie et un doublement en zone police, les nuits de week-ends. « Il y a en Nouvelle-Calédonie 20% de plus de policiers et de gendarmes (en proportion par rapport à l’Hexagone, ndlr). Nous avons les moyens de faire face », a-t-il expliqué. La création d’une unité canine légère, l’expérimentation de la police de sécurité du quotidien (PSQ) ainsi que la mise en place d’une Brigade de prévention de la délinquance juvénile à Koné (nord) et le renforcement des partenariats avec les polices municipales et les acteurs économiques et sociaux viendront renforcer la lutte contre la délinquance. Le gouvernement calédonien a également présenté un plan à « 138 actions » contre la délinquance.

Avec AFP.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment