Guyane: L’Etat investira plusieurs millions d’euros dans le budget de la CTG

No Comment

©DR

Au lendemain de la visite du Président Emmanuel Macron en Guyane, le Ministère des Outre-mer a annoncé la signature d’une convention financière avec la Collectivité territoriale de Guyane le 28 octobre. Objectif: aider au redressement financier de la collectivité territoriale fortement endettée. 

Pour le gouvernement, cette signature est une étape importante. « Elle témoigne de la force des engagements de l’État, réaffirmés à l’occasion du déplacement du Président de la République. Elle traduit aussi la volonté conjointe des signataires de s’engager, dans la durée, dans le cadre d’un partenariat exigeant et équilibré, au service de la Guyane et des guyanais », déclare le communiqué du Ministère des Outre-mer. Cette convention reprend les principaux engagements établis lors des Accords de Guyane signés le 21 avril denier, à savoir, le soutien au l’investissement de la Collectivité d’un montant de 53 millions d’euros, le soutien aux dépenses sociales des Guyanais (36 millions d’euros) et la compensation des recettes de l’octroi de mer reversés aux communes (9 millions d’euros).  Au total, ce sont près de 98 millions d’euros qui seront injectés dans les caisses de la CTG. En contrepartie, la collectivité devra s’engager à améliorer la performance de sa gestion et maitriser ses dépenses de fonctionnement.

Le document annonce également que l’Etat participera aux dépenses en faveur de la jeunesse guyanaise, par le  biais de construction de nouveaux établissements scolaires.  Ainsi, le gouvernement prévoit « 250 millions d’euros pour les collèges et lycées au titre des 5 prochaines années, 150 millions d’euros pour les écoles primaires pour les 10 prochaines années et un engagement supplémentaire de l’État, à accompagner financièrement la collectivité dans son prochain budget ». De plus, une convention spécifique avec la CNAF permettra d’apurer les dettes de la CTG vis-à-vis de la CNAF et de reprendre dès 2018 le paiement des sommes dues aux allocataire du RSA.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment