Guyane : Le promoteur de la Montagne d’Or « prêt à revoir son projet »

No Comment

©WWF

Alors que les ministres de la Transition écologique et solidaire, et des Outre-mer, ont émis leurs réserves sur le projet Montagne d’Or et que le débat public a montré des « fractures » autour du projet minier, le promoteur local de la Montagne d’Or, Pierre Paris, s’est dit « prêt à revoir » le projet. 

« S’il faut revoir certains points nous y sommes prêts », a assuré Pierre Paris au journal Le Monde. Au lendemain de sa prise de fonction, François de Rugy, nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire, a estimé qu’il fallait « reprendre d’une façon ou d’une autre » le projet de mine aurifère « Montagne d’Or » en Guyane, qui ne peut pas être mené « comme envisagé ». Quelques jours plus tard, la ministre Outre-mer Annick Girardin confiait dans une interview exclusive pour Outremers360 ses réserves : « Au vu des informations que j’ai aujourd’hui, je pense que ce projet n’est peut-être pas à la hauteur que ce qu’on peut espérer ». Ce vendredi 7 septembre, le résultat du débat public autour du projet révélait que ce projet provoque « une fracture » parmi les Guyanais, soulignant « l’existence de forces d’opposition particulièrement déterminées ».

En Guyane, les opposants au projet minier sont particulièrement déterminés, selon la Commission nationale du débat public sur la Montagne d'or ©Jody Amiet / AFP

En Guyane, les opposants au projet minier sont particulièrement déterminés, selon la Commission nationale du débat public sur la Montagne d’or ©Jody Amiet / AFP

Pour rappel, ce projet Montagne d’or, décrié par les associations environnementales, prévoit l’exploitation à ciel ouvert d’une mine aurifère d’une superficie de 8 km2, à partir de 2022, au sud de Saint-Laurent du Maroni, en forêt tropicale, via un procédé de récupération de l’or par cyanuration en circuit fermé.  « Le cyanure est recyclé, les résidus lavés », a tenté de rassurer Pierre Paris. Toujours selon le promoteur du projet, en cas « de rupture peu probable du barrage, c’est une boue non toxique qui s’échapperait ». De nombreux élus locaux tels que le sénateur Georges Patient et le président de la Collectivité territoriale de Guyane, Rodolphe Alexandre, soutiennent ce projet, notamment pour les retombées économiques avancées par l’industriel.

Au contraire, Nicolas Hulot, Yannick Jadot, Benoît Hamon ou encore, Patrick Lecante, administrateur de l’Agence française pour la Biodiversité, s’étaient opposs au projet. Le député guyanais Gabriel Serville a aussi affiché son opposition au projet et montré sur Twitter son soutien au collectif « Or de Question ».

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment