Guyane: Le projet Montagne d’Or lance la formation des futurs personnels

No Comment

©DR

La compagnie minière Montagne d’Or, qui développe un projet de mine d’or à l’échelle industrielle en Guyane, a annoncé mercredi le lancement d’un programme de formation professionnelle visant à former 500 personnes d’ici la mise en service de la mine prévue en 2022.

Le projet Montagne d’Or, prévu près de Saint-Laurent du Maroni dans l’ouest guyanais, est détenu à 55% par le russe Nordgold et 45% par le canadien Colombus Gold. Il a annoncé la création de 750 emplois directs, dont 90% d’emplois locaux. « Il y a un tiers disponible dans des métiers classiques, et à peu près les deux tiers qu’il faut former »,  a indiqué Michel Jebrak, universitaire canadien en charge du programme de formation pour Montagne d’Or.

Les 500 personnes à former seront pour 350 d’entre elles des conducteurs d’engins (camions, pelleteuses) et pour les 150 autres, principalement des techniciens ainsi que des ingénieurs des mines et informaticiens. La formation des conducteurs d’engins « devrait démarrer en 2019 pour un début de mine en 2022″ en s’appuyant sur des formations existantes en Guyane, a précisé Michel Jebrak. « Dès ce mois de septembre, on va commencer à former les formateurs », a-t-il dit. Pour les futurs techniciens de la mine, un premier programme a démarré cette semaine à l’université de Guyane avec 11 étudiants inscrits, a ajouté Michel Jebrak. Enfin, la formation sur place d’ingénieurs des mines interviendra ultérieurement, étant encore en phase de conception.

« La confiance est là parce que le soutien des autorités locales est là pour l’instant », assure Michel Jebrak. La Guyane est « un pays en cours de développement, avec un appui très fort de la France » et « si on veut relancer quelque chose, il faut que ça parte des ressources locales », affirme-t-il.

Le projet Montagne d’Or est en attente du feu vert de l’État, qui est espéré pour la fin 2018 par la compagnie, l’universitaire canadien. L’entreprise s’est prononcée pour la tenue d’un débat public, mais le dossier a été refusé en juillet par la Commission nationale du débat public (CNDP). « C’est en pleine évolution. Il y a des rencontres en cours entre la CNDP et la direction de Nordgold », a dit Michel Jebrak. Le Président Emmanuel Macron a annoncé mardi qu’il se rendrait en Guyane en octobre avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker dans le cadre de la « conférence des régions ultra-périphériques » organisée par la Commission. Sur place, le projet suscite une opposition grandissante avec notamment une pétition, lancée par le collectif guyanais « Or de question », qui avait recueilli fin août plus de 160.000 signatures.

Avec AFP.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment