Grève générale à Mayotte: Annick Girardin annonce de nouveaux renforts de sécurité et une conférence sur l’avenir de Mayotte

No Comment

Interrogée à deux reprises sur la situation à Mayotte ce mardi à l’Assemblée nationale, la Ministre des Outre-mer Annick Girardin a souligné la priorité d’un retour au calme dans le département.

« La situation s’aggrave à vitesse grand V, le peuple est dans la rue et l’ annonce d’une conférence est trompeuse. Qu’attendez-vous pour faire de Mayotte un véritable département à part entière », a déclaré le député de  la Réunion Jean-Hugues Ratenon. En effet, depuis trois semaines, le 101ème département tourne au ralenti en raison d’un mouvement social contre l’insécurité. Une manifestation menée depuis le 20 février par une intersyndicale mahoraise contre l’insécurité qui prend de multiples formes: manifestations, opération escargot, opération « île morte », blocage de la liaison maritime entre Grande-Terre et Petite-Terre, et barrages érigés sur les axes routiers qui paralyse une partie de la circulation.
En signe de solidarité, les élus de Mayotte (conseillers départementaux, municipaux) ont décidé de fermer l’ensemble des collectivités. Ils réclament à la Ministre des Outre-Mer un plan de développement pour un montant d’1,8 milliard d’euros.

« Mayotte est dans une situation extrêmement grave » a reconnu Annick Girardin au Palais Bourbon. « On ne réglera pas la situation de Mayotte si on ne règle pas la question de la pauvreté dans l’Océan Indien. La priorité à Mayotte est de répondre à la question sécuritaire, de retrouver le calme…Pour la rentrée scolaire de lundi, nous avons décidé avec le Ministre de l’intérieur de sécuriser les établissements et les transports scolaires par l’envoi de pelotons mobiles qui arriveront ces jours-ci dans le département».
Au préalable, la Ministre des Outre-mer, en répondant à la question de la députée Virginie Duby-Muller (Les Républicains), a annoncé la tenue d’une « conférence sur l’avenir de Mayotte». Par ailleurs, elle a également indiqué que de nouvelles annonces seront prises avec Gérard Collomb, le Ministre de l’Intérieur dans les prochaines heures.

Capture d’écran 2018-03-06 à 19.34.17

Nouvelle journée « île morte »

Reste à savoir si ces réponses aideront à calmer la crise actuelle à Mayotte. Après les élus ce mardi, le patronat s’est dit prêt à rejoindre le mouvement dès demain 7 mars. « La CPME (Confédération des PME) Mayotte et la CAPEB (Artisanat du Bâtiment) Mayotte « soutiennent les revendications du mouvement pour une lutte plus efficace contre l’insécurité et l’arrivée de moyens renforcés pour retrouver la paix et la sérénité sur notre île. La marche qui sera organisée ce mercredi 7 mars est l’occasion de rassembler l’ensemble des forces vives de Mayotte pour que ce mouvement soit entendu par le Gouvernement », indique un communiqué commun des deux entités économiques, appelant participer à la journée « île morte » prévue le 7 mars.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment