François Fillon à La Réunion: « Non la France n’est pas un pays mosaïque »

No Comment

©Laurent Capmas / Reuters

Dimanche 12 février, François Fillon poursuit sa visite électorale à La Réunion. Au programme de la deuxième journée du candidat de la droite et du centre sur l’île: messe, bain de foule, pique-nique, emplois fictifs et « pays mosaïque ».

« Il n’y a rien de honteux à dire que la France n’est pas un pays mosaïque ». Cette phrase, François Fillon l’a prononcée deux jours avant son départ pour La Réunion, lors de son meeting de reconquête à Poitiers. Une phrase qui a visiblement écorché les oreilles des Réunionnais, qui revendiquent fièrement une identité basée sur la diversité. « Non la France n’est pas un pays mosaïque » confirme-t-il lors d’une interview organisée par Réunion 1ère en marge du pique nique auquel il participait ce dimanche à Savannah, dans la commune de Saint-Paul. « La Réunion est un territoire mosaïque en raison de son Histoire, mais elle est au sein de la République française » qui selon le candidat, « n’est pas une mosaïque ». « La République française c’est une langue, qui l’a cimentée (…), c’est la laïcité (…) et puis c’est l’ouverture sur le monde » ajoute-t-il.

L’esclavage, un « crime abominable »

L’occasion idéale de revenir sur d’anciens propos tenus le 28 août dernier, à Sablé-Sur-Sarthe, en pleine campagne pour la primaire de la droite. « Non, La France n’est pas coupable d’avoir voulu faire partager sa culture aux peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Nord », avait-il déclaré. Des Antilles au bassin Indien en passant par le Pacifique et l’Hexagone, ces propos avaient provoqué un tollé dans l’opinion publique et lui avaient, à l’époque, coûté son principal soutien à La Réunion, Didier Robert. Selon François Fillon, ces paroles « avaient été mal comprises donc elles étaient certainement mauvaises ». « L’esclavage c’est le crime le plus abominable qui n’ait jamais été commis par l’Humanité (…) dont la mémoire doit être en permanence entretenue », se défend-il. « Mais c’est un crime qui concerne toutes les sociétés (…). Il n’y a pratiquement pas une société dans le Monde qui n’ait pas commis ce crime abominable qu’est l’esclavage et ce que je demande c’est que la France ne soit pas seule à être accusée de ce crime ».

"Vous avez des choses à vous faire pardonner ?" ont demandé les journaliste au candidat de la droite ©Richard Bouhet / AFP

« Vous avez des choses à vous faire pardonner ? » ont demandé les journaliste au candidat de la droite ©Richard Bouhet / AFP

Plus tôt dans la journée, François Fillon assistait à une messe à l’église Notre-Dame de Saint-Gilles, aux côtés du maire de Saint-Paul Joseph Sinamalé et du Président de la Région Réunion Didier Robert. « C’est une bonne chose, il vient récolter des voix et il a raison » confiait un fidèle. Selon les journalistes sur place, le prêtre de la paroisse n’aurait pas manqué de rebondir, dans son homélie, sur la fameuse affaire des emplois fictifs qui met à mal le candidat. « Si nous pensons être quittes de ce que nous avons fait de mal au motif que personne ne nous a vus, nous nous trompons », aurait lancé le père Russel Torpos devant un François Fillon « impassible ». « J’ai dit ce que j’avais à dire sur cette affaire » a expliqué le candidat lors de son interview au pique nique de Savannah. « L’objectif c’est d’éliminer le candidat de la droite et du centre (…), celui qui a été choisi par 4 millions de Français à la primaire », s’insurge-t-il, faisant par la même occasion une erreur (volontaire ?) entre la participation et le nombre de voix qu’il a récolté (2 919 874).

François Fillon, en venant à La Réunion, veut donner un nouveau souffle à sa campagne, loin des tumultes parisiens et des révélations quotidiennes qui ont, depuis fin janvier, nettement affaibli le candidat. Néanmoins, le sujet lui colle à la peau, même à 9 000 km de l’Hexagone. Samedi, des heurts entre « pro-Fillon » et « anti-Fillon » ont même éclaté lors de sa visite d’une ferme photovoltaïque à l’Etang-Salé. Ces affaires continueront très certainement à poursuivre le candidat jusqu’au vote final, voire au-delà si la course à l’Elysée s’avère fructueuse. « Je me battrai » affirme-t-il toutefois. François Fillon a pu tout de même savourer un bain de foule au pique-nique organisé à Savannah. Cet après-midi, il tiendra un grand meeting à Saint-Pierre et lundi, le candidat se rendra à la plus ancienne mosquée de France à Saint-Denis avant de rentrer à Paris.

Spécialités réunionnaises pour le candidat Fillon lors du pique nique organisé à Savannah ©Freedom.fr

Spécialités réunionnaises pour le candidat Fillon lors du pique nique organisé à Savannah ©Freedom.fr

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment