Ericka Bareigts oppose « la richesse de notre diversité » à la « France blanche » de Robert Ménard

No Comment

©Zinfos

Lundi matin, le maire de Béziers, connu pour ses propos polémiques, voire carrément racistes, a encore fait parler de lui, de sa vision restreinte de la France et de la théorie du « grand remplacement ». Ce matin, la ministre des Outre-mer Ericka Bareigts se dit « choquée » et oppose à l' »uniformité », la « richesse de notre diversité ».

« Etre Français, c’est aussi comme le disait le Général de Gaulle, être Européen, blanc et catholique ». Les propos de Robert Ménard sur la matinale de LCI, ce lundi 5 septembre, ont provoqué un tollé. Invité à s’exprimer sur la rentrée des classes 2016, le maire de Béziers soutenu par le Front National poursuit, « dans une classe du centre-ville de chez moi, il y a 91% d’enfants musulmans. Évidemment que c’est un problème. Il y a des seuils de tolérance. On n’ose pas le dire : 91% d’enfants musulmans. Vous ne mettez pas les vôtres dans cette école-là, vous demandez une dérogation à la carte scolaire et vous allez dans le privé. C’est ça la réalité », brandissant ainsi le vieil épouvantail du « grand remplacement ». Dans les médias nationaux, on pose la question de la provenance de ces chiffres, d’autant que les statistiques sur les « origines ‘raciales’ ou ethniques, ainsi que les appartenances religieuses des personnes » sont interdites, tout comme le « profilage communautaire ». Mais selon Robert Ménard, « les prénoms disent les confessions ».

Il n’en fallait pas moins pour susciter de vives réactions sur les réseaux sociaux. Ce matin, la ministre des Outre-mer Ericka Bareigts s’est dite « choquée. Cette France-là n’existe pas. À ceux qui rêvent d’uniformité, j’oppose la richesse de notre diversité ». Déjà lors de la passation de pouvoirs au Ministère des Outre-mer mercredi dernier, Ericka Bareigts a affirmé vouloir « travailler à ce que la France se regarde, forte de toute sa diversité, forte de cette richesse intrinsèque sur laquelle elle doit s’appuyer ». Dans son discours d’ouverture du Campus Outre-mer ce samedi, elle déclarait, « quand je suis arrivée en métropole pour mes études, j’ai voulu gommer le plus possible ma différence pour m’intégrer. Mais on n’efface pas ce qu’on est. Il faut prendre conscience que c’est notre différence qui est notre atout ». « Les Outre-mer sont une richesse pour la France. Nous portons le Monde, nous sommes le Monde. Nous devons porter l’ambition de la réussite. Vivre nos rêves. Il faut nous respecter pleinement et nous assumer pour ce que nous sommes. Comme on dit à la Réunion: « Nous lé pas plus, nous lé pas moins, alors respecte a nou ». Je vous souhaite à tous de trouver votre place ! », concluait-elle.

 

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment