Economie: Le Québec veut renforcer ses liens avec Cuba

No Comment

©AFP

Cet automne, une délégation québécoise se rendra à La Havane afin de tenter un rapprochement économique entre les deux pays. D’ici un an, un Bureau permanent du Québec devrait être installé dans la capitale cubaine, spécialement dédié aux entreprises québécoises.

A l’automne, le gouvernement du Québec et une trentaine d’entreprises se rendront en mission à Cuba dans le but « d’étudier les possibilités d’affaires et pour tisser des liens avec la communauté » rapporte Le Journal de Montréal. « On espère rencontrer Raul Castro » a confié le délégué du Québec à Mexico, Éric R. Mercier, responsable des relations avec Cuba. Ce dernier ne cache son envie de voir le premier ministre québécois Philippe Couillard faire partie du déplacement. Le Québec souhaite profiter de la fenêtre d’opportunité économique offerte par Cuba, avant l’arrivée en force des investisseurs américains sur le marché. «Le Québec est privilégié. Les Cubains ont cette propension à vouloir nous tendre eux-mêmes la main, à ouvrir le marché. Il faut la saisir et on a à peu près deux ans. Sinon, les autres seront dans la course», a expliqué le diplomate qui poursuit, «il y a un engouement. Ils veulent faire des affaires avec nous. Économiques, mais aussi culturelles. Et ça va se concrétiser à l’automne, j’ose espérer avec le premier ministre. On espère une entente ».

Le Québec souhaite apporter à Cuba son expertise en neurosciences et biosciences ainsi qu’en matière médicale et touristique, des domaines économiques convoités par Cuba. « Tout est à construire à Cuba, avec eux. C’est un terrain fertile pour partager toutes nos connaissances », souligne Eric Mercier. D’ici un an, le Québec devrait ouvrir un Bureau permanent pour sa représentation sur l’île. Le but est d’aiguiller les investisseurs er entrepreneurs qui souhaitent se rapprocher de Cuba. « C’est une autre réalité. Nous sommes là pour donner l’heure juste aux entreprises. Pour expliquer comment manœuvrer là-dedans. Il faut respecter les règles », explique Eric Mercier. Depuis la fin de l’embargo et la crise économique qui frappe son principal partenaire vénézuélien, Cuba cherche à développer ses ouvertures diplomatique, que ce soit avec les Etats-Unis, l’Europe, le Canada ou dernièrement, les Seychelles.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment