Desserte aérienne: La gestion de l’Aéroport international de Tahiti-Faa’a discutée à Paris

No Comment

©DR / TNTV

Ce lundi 10 juillet, le Président de la Polynésie française Edouard Fritch et le sénateur polynésien Nuihau Laurey, ont été reçus par Elisabeth Borne, ministre en charge des Transports auprès de Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire. Il était principalement question de la gestion de l’Aéroport international de Tahiti-Faa’a, dont l’Etat est actionnaire à 50,6%.

Jusqu’à avril 2017, la gestion de l’Aéroport international de Tahiti-Faa’a était confiée à la société Aéroport de Tahiti (ADT) et ce, pour les 30 prochaines années. Mais suite à une décision de la Cour administrative d’appel de Paris, la concession de l’aéroport par l’ADT a été annulée; une demande qui venait de la commune de Faa’a, dont l’aéroport longe la totalité de son littoral. La Cour administrative d’appel de Paris considérait que cette concession « n’avait été précédée d’aucune formalité de publicité, ni de mise en concurrence ». L’Etat a désormais un an pour lancer un appel à candidature pour la gestion de l’Aéroport international de Tahiti-Faa’a.

Aéroport international de Tahiti-Faa'a, qui longe tout le littoral de la commune de Faa'a ©Tahit Héritage

Aéroport international de Tahiti-Faa’a, qui longe tout le littoral de la commune de Faa’a ©Tahit Héritage

Lors de cet entretien, le Président de la Polynésie française Edouard Fritch a rappelé l’importance de l’Aéroport de Tahiti-Faa’a, première porte d’entrée de la Polynésie, pour son développement économique et son tourisme. « Il a exprimé la volonté que les orientations stratégiques soient clarifiées », apprend-on dans un communiqué de la Présidence polynésienne. Edouard Fritch a notamment proposé que les préoccupations de la commune de Faa’a soient prises en compte et a évoqué l’avenir des trois autres aérodromes d’Etat, situés sur les îles de Raiatea, Bora Bora et Rangiroa. Il a également abordé le dossier, très ancien, d’un aéroport de dégagement.

De son côté, le maire indépendantiste de la commune de Faa’a, Oscar Temaru, demande depuis plusieurs années la rétrocession de la gestion de l’Aéroport international de Tahiti-Faa’a à la Collectivité et à sa commune. Dans une publication Facebook, le député Moetai Brotherson, proche d’Oscar Temaru, regrette une « discussion sans représentant de la commune de Faa’a ». « Ce qui est dommage, vu que je suis présent actuellement à Paris. Mais je suppose que cet « oubli » sera réparé pour la suite », poursuit-il.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment