Dépression Iris : Près de 352 000 € pour indemniser les agriculteurs calédoniens

No Comment

Entre le 24 et le 30 mars, la Nouvelle-Calédonie s’est retrouvée sous l’influence de la dépression tropicale Iris générant de très fortes précipitations. 216 exploitants sinistrés seront finalement indemnisés à hauteur de 42 millions de francs au total (environ 352 000 euros). Un sujet de notre partenaire La Dépêche de Nouvelle-Calédonie

Six mois après le passage de la dépression Iris, les agriculteurs vont être indemnisés. Ce système tropical qui s’était formé le 23 mars entre les Îles Salomon et le Vanuatu avait progressé initialement vers l’ouest et pris ensuite une trajectoire sud le 25. Entre le 27 et le 30 au matin, alors que la dépression se situait entre le territoire et les côtes australiennes elle a généré de très fortes pluies sur le pays. C’est le 28 que les cumuls les plus importants ont été mesurés, avec jusqu’à plus de 260 mm en 24 heures enregistrés par la station de Méa (Kouaoua). En 48 heures c’est la station de Thio plateau qui enregistrait avec 489 mm, le cumul le plus élevé. De nombreux dégâts étaient alors constatés dans les exploitations agricoles.

photo_2018-08-17_11-40-25

Les membres de la commission des calamités agricoles se sont réunis le 5 juin 2018 pour examiner les conséquences du passage sur la Nouvelle-Calédonie de la dépression tropicale modérée Iris. Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie a suivi l’avis de la commission des calamités agricoles et a décidé de « reconnaître cette dépression tropicale comme accident climatique exceptionnel » et a dressé une liste de 14 communes reconnues sinistrées au titre de cet évènement et donc « reconnu éligibles à une indemnisation, en réparation des préjudices agricoles qu’ils ont subis, 216 exploitants sociétaires de la Caisse d’assurances mutuelles agricoles (CAMA) ».

1

Ces indemnisations seront prises en charge par l’Agence pour la prévention et l’indemnisation des calamités agricoles ou naturelles (APICAN) et versées individuellement par la CAMA.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment