Coopération régionale: Repenser les accords de Cotonou sans tabou selon Younous Omarjee

No Comment

L’accord de Cotonou arrive bientôt à échéance. À l’occasion d’une consultation lancée par la secrétaire d’Etat Annick Girardin au Quai d’Orsay, le député européen a été invité à ouvrir cette consultation sur ce sujet.

«Nous devons réinventer le partenariat avec les ACP ». Tel est le message qu’a lancé Younous Omarjee lors de la consultation publique sur l’avenir de l’accord de Cotonou. Une réunion lancée par Annick Girardin, la Secrétaire d’Etat chargée du Développement et de la Francophonie au Quai d’Orsay ce 13 novembre. Après la problématique de la crise du sucre réunionnais, le député Younous Omarjee livre un plaidoyer en faveur des Etats ACP (Afrique Caraïbes Pacifique) . « Nous oublions trop souvent que ces îles ou petits états insulaires en développement constituent la très grande majorité des États ACP», a-t-il déclaré lors de ce discours en présence de représentants des institutions européennes et de la société civile. Signé en 2000, l’accord de Cotonou a pour objectif premier de rétablir les équilibres entre les pays du Nord et les pays du Sud. Aujourd’hui, ce texte fait actuellement l’objet d’une révision avant la fin de son échéance prévue pour février 2020. C’est dans ce contexte que Younous Omarjee a voulu interpeller les autorités européennes sur la situation de ces États. «Le monde est (…) surtout un monde d’îles, et largement d’îles ACP et de l’Outre-mer français (…)sur lesquelles se concentrent aujourd’hui tous les défis planétaires».

Confrontés également à des difficultés de développement au même titre que les ACP, le député européen a également cité les Régions Ultra-Périphériques (RUP) et les Pays et Territoires d’Outre-Mer (PTOM). « Nous devons, en tant qu’européen, faire une place plus importante aux RUP et surtout au PTOM dans notre vision stratégique » .Younous Omarjee évoque même la possibilité pour l’Union Européenne de coopérer avec ces régions pour bâtir le prochain accord Union Européenne- ACP, tout en préservant les intérêts de chacun. C’est sur ce point que réside la difficulté de la tâche des autorités européennes: garantir un libre-échange juste entre les différentes parties. Forte de l’exemplarité de ces territoires ultramarins, la France selon Younous Omarjee est « une source d’inspiration importante pour les députés européens ».  La consultation publique sur l’accord de Cotonou se poursuit jusqu’à la fin du mois de novembre.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment