Comité régional des pêches: La Réunion et la Martinique élisent leur nouveau président

No Comment

©DR

Le pêcheur-artisan d’Etang Salé, Bertrand Baillif, a remporté les élections au Comité régional des pêches de La Réunion, ce vendredi 13 janvier. A la Martinique, c’est Olivier Marie-Reine, président sortant, qui conserve son siège à la tête du Comité régional des pêches.

A La Réunion, Bertrand Baillif, à la tête des listes de l’opposition, a battu le président sortant Jean-René Enilorac, qui briguait un nouveau mandat après déjà deux décennies de présidence du Comité régional des pêches. Bertrand Baillif a remporté 14 sièges contre 9 pour Jean-René Enilorac. Le résultat du scrutin a été proclamé aux alentours de 15h sur l’île de La Réunion. Globalement, le scrutin a rassemblé 379 votants sur 477 électeurs inscrits, soit un taux de participation de 79,5 %.

Bertrand Baillif ©Journal de l'Île de La Réunion

Bertrand Baillif ©Journal de l’Île de La Réunion

Ces électeurs se répartissent en trois collèges: le collège des équipages et salariés (223 votants – 12 sièges au conseil), le collège des chefs d’entreprise/catégorie des chefs d’entreprise embarqués (133 votants – 6 siège) et le collège des chefs d’entreprise/catégorie des chefs d’entreprise non embarqués (23 votants – 5 sièges). Le Préfet de La Réunion désignera trois autres membres: les premier au titre de la coopération maritime et les deux autres au titre des entreprises de premier achat et de transformation des produits de la mer précise le Journal de l’Île de La Réunion.

Deuxième mandat pour Olivier Marie-Reine à la Martinique

Le président sortant Olivier Marie-Reine a obtenu 10 sièges contre 7 et entame donc un deuxième mandat. Son adversaire, Raymond Sifflet se présentait pour la première fois avec un nouveau syndicat : l’Union syndicale des marins-pêcheurs et des aquaculteurs de Martinique. Le scrutin a mobilisé 830 votants pour un taux de participation qui s’élève à 73%. « A la Martinique, plus de 55% des marins-pêcheurs ont plus de 55 ans. Il faut renouveler les pêcheurs » a déclaré Olivier Marie-Reine. « Il faut que les politiques se mettent autour de nous et qu’on travaille pour la Martinique » poursuit-il, tout en pointant du doigt les réglementations européennes. « On a une pêche 100% artisanale, ce qui est valable ailleurs n’est pas valable en Martinique. C’est une pêche durable que l’on fait en Martinique: un homme, un hameçon. La réglementation européenne est destructrice d’emploi ».

Olivier Marie-Reine ©France-Antilles

Olivier Marie-Reine ©France-Antilles

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment