Comité des Signataires : « On veut redéfinir nos relations avec la France », déclare Victor Tutugoro, membre de l’UPM

No Comment

©Capture / Outremers360

Ce lundi 30 octobre, la Ministre des Outre-mer Annick Girardin a reçu plusieurs délégations d’élus calédoniens, représentants les deux principales mouvances politiques de Nouvelle-Calédonie, afin de préparer le Comité des Signataires des 2 et 3 novembre.

« Notre groupe, l’UNI, a été le seul à produire des documents, des réflexions » en amont du référendum de 2018, constate Victor Tutugoro, membre de l’Union Progressiste Mélanésienne (UPM), composante de l’Union Nationale pour l’Indépendance (UNI). « On a demandé au gouvernement de faire en sorte que nos camarades, avec qui on doit décider de l’avenir du pays, sortent du bois » a-t-il déclaré, faisant référence aux indépendantistes de l’Union Calédonienne et aux loyalistes de la Plateforme. « L’Accord de Nouméa dit : la sortie doit se faire sur l’accession à la pleine souveraineté à travers trois volets : l’accès du pays à un statut international, la transformation de la citoyenneté en nationalité et le transfert des compétences régaliennes » explique Victor Tutugoro, « et précisément nous n’avons pas de précision de nos camarades » regrette-t-il. « On veut redéfinir nos relations avec la France » plaide Victor Tutugoro, qui ne cache pas le penchant de son parti pour le statut d’Indépendance-partenariat, une des quatre options issues du travail des experts constitutionnels. Sur la constitution des listes référendaires, Victor Tutugoro se montre plus confiant, assurant que le dossier est « en cours ».

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment