Comité des Signataires – Nouvelle-Calédonie : L’État annonce 75,420 millions d’euros supplémentaires aux Collectivités calédoniennes

No Comment

Thierry Santa, président du gouvernement calédonien, annonçant les engagements de l’État lors du Comité des signataires ©Outremers360

L’État a annoncé un avenant de 75,420 millions d’euros (9 milliards XPF) supplémentaires aux différents Contrats de développement des collectivités de Nouvelle-Calédonie, à l’issue de la première partie du Comité des Signataires consacrée aux questions économiques et sociales. 

Soulignant sa « satisfaction », le président du gouvernement calédonienThierry Santa a dévoilé les « éléments concrets » apportés par l’État à l’issue de la première partie des discussions liées aux questions économiques et sociales. Selon Thierry Santa « ces 9 milliards vont permettre de financer de nouvelles opérations », évoquées durant la Conférence économique et sociale de ce mercredi, « et des opérations qui vont en conformité avec la Trajectoire 5.0 ». « On a convenu d’aller vite pour que ces sommes soient inscrites le plus rapidement possible », a-t-il poursuivi, en évoquant la fin de l’année 2019.

Outre ce supplément de 9 milliards XPF, l’État a également annoncé « des mesures spécifiques auprès de l’IEOM pour (…) injecter 15 milliards (…) dans les banques calédoniennes ». L’État se serait aussi engagé à limiter l’impact de l’évolution de la fiscalité nationale sur l’outil de défiscalisation. « En matière sociale » Thierry Santa évoque « un vrai appui pour la mise en place d’un numéro unique d’identification. C’est une demande forte pour nos étudiants et nos malades en métropole (…), mais surtout un élément essentiel à la refonte complète du système de santé calédonien ». Enfin, sur la question des violences faites aux femmes, la Nouvelle-Calédonie pourrait être « précurseur dans la mise en place du bracelet d’éloignement ».

Les indépendantistes de l’Union calédonienne ont boycotté à cette séquence sur les questions économiques et sociales, estimant qu’elles sortent du cadre de l’accord de Nouméa. « La relance économique va permettre d’alimenter les caisses fiscales de la Nouvelle-Calédonie et ça participe aussi au rééquilibrage » entre les provinces calédoniennes, a encore déclaré le président de l’exécutif calédonien. « Tout le monde a intérêt à discuter de ces questions économiques et sociales ». Cet après-midi, les signataires de l’accord de Nouméa aborderont les questions institutionnelles et notamment, celles liées à l’organisation du 2ème référendum d’autodétermination. La date et le corps électoral sont les principaux points sensibles des discussions.

« Les positions exprimées ce matin à l’ouverture ont été diamétralement opposées et laissent augurer une énorme difficulté à trouver un consensus », a d’ailleurs commenté Philippe Michel, membre du Congrès calédonien et du parti Calédonie Ensemble (centre droit). Il estime également que la partie réservée aux questions économiques et sociales « n’est pas à la hauteur des enjeux », en raison notamment de l’absence de certains acteurs politique et économiques calédoniens lors de la Conférence organisée hier à l’initiative du président Thierry Santa.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment

LA CHAINE TV
outremers360.tv

La chaîne des Outre-mer à 360 degrés

Outremers 360 Data Life
LOGO-OM360_DataLife_spallian_petit

Outremers 360 se lance dans l’ère de l’Open Data
Explorez les territoires d’Outre-mer par les chiffres

  >> L’analyse des territoires
  >> Le comparateur des territoires  

outremers360.com le premier media Smart Data