Cazeneuve aux Antilles-Guyane : Priorité à la sécurité

No Comment

© Twitter

Ce mercredi 05 octobre, le Ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve a bouclé sa tournée aux Antilles-Guyane par une visite des différentes forces de sécurité en Guyane. 

La sécurité et rien que la sécurité. Tel a été le maître-mot de la visite du locataire de la Place Beauvau. De la Martinique à la Guyane, Bernard Cazeneuve a annoncé un renforcement des effectifs et des moyens dans les trois départements. 85 policiers et gendarmes pour la Martinique, 158 pour la Guadeloupe, et 165 pour la Guyane sans compter l’arsenal « des matériels nouveaux, armes, casques, véhicules » qui seront livrés les prochains mois. Interrogé mercredi  au JT de Guyane 1ere, le Ministre de l’Intérieur a  déclaré qu’il s’agissait d’un  « effort considérable ». « L’Etat fait dans les Outre-mer, un effort considérable et dont je suis convaincu, qu’il inversera la tendance actuelle », a-t-il poursuivi avant d’ajouter qu’il était venu combler « un déficit de moyens » .

 

Un effort considérable que les syndicats de police guyanais estiment insuffisant , à l’instar de Willy Ranguin, représentant syndical d’Unité SGP police. « Nous souhaitons un plan de rattrapage qui prenne en compte l’isolement et l’impossibilité de maillage en Guyane entre forces de l’ordre de départements voisins comme cela se pratique dans l’Hexagone. En Guyane, lorsque des personnels sont mobilisés pour la surveillance de mules (passeurs de drogue) à l’hôpital, le commissariat de Cayenne doit parfois fermer faute de policiers disponibles », a affirmé le syndicaliste à l’AFP.  

 Sur les sujets liés à l’orpaillage clandestin et à la lutte contre la drogue, Bernard Cazeneuve a rappelé le bilan des différentes opérations Harpie et les celui des moyens déployés lors du quinquennat. Concernant la situation des demandeurs d’asile, Bernard Cazeneuve a appuyé la décision du Préfet de Guyane de suspendre l’ouverture des guichets d’accueil aux demandeurs d’accès. « Le Préfet a eu parfaitement raison sous mon autorité, de stopper les enregistrements afin de mieux réorganiser l’administration ». 

Si le ministre a déclaré « faire preuve de lucidité », de nombreuses questions restent sans réponses notamment la date d’une ouverture prochaine des guichets d’accueil des demandes d’asile, la solution à l’augmentation des chantiers illicites au sein du Parc Amazonien de Guyane. En effet, selon l’AFP, sur les 174 sites miniers illégaux actuellement dénombrés en Guyane par la Préfecture, 128 sont localisés au sein même de cet espace naturel protégé d’importance internationale. Pour les Hurleurs de Guyane,un collectif militant contre l’orpaillage de « le Sud de la Guyane demeure donc une zone de non droit toujours sous la coupe des orpailleurs illégaux ».

 

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment