Assises de l’Economie de la mer : Edouard Philippe souhaite un « état des lieux » des formations maritimes en Outre-mer

No Comment

©Twitter / Edouard Philippe

Ce mardi 21 novembre, le Premier ministre Edouard Philippe a demandé que l’Etat dresse « état des lieux des besoins en formation maritime en Outre-mer pour que les jeunes ultramarins puissent se former près de chez eux », à l’occasion des Assises de l’Economie de la mer, au Havre.

« Je souhaite aussi que l’Etat dresse, avec les collectivités concernées, l’état des lieux des besoins en formation maritime en Outre-mer pour que les jeunes ultramarins puissent se former près de chez eux », a déclaré le Premier ministre dans son discours d’ouverture des Assises de l’Economie de la mer. L’absence de formation maritime en Polynésie, dont la ZEE totalise 5 millions de km², est par ailleurs au cœur d’un dossier spécial de l’hebdomadaire Tahiti Pacifique Magazine.

« Le comité interministériel de la mer de vendredi dernier a acté la mise en œuvre de mesures très concrètes en faveur du développement des croisières maritimes et de l’emploi des jeunes ultramarins dans ce secteur très porteur : en exemptant par exemple de visa certains touristes de la zone Schengen qui se rendent dans nos Outre-Mer ou en poursuivant la dématérialisation des procédures », a également indique Edouard Philippe dans son discours. « Je souhaite aussi que l’on s’inspire de l’exemple de la Réunion pour créer aux Antilles une grande plateforme de transbordement », a-t-il poursuivi en rappelant l’élargissement du canal de Panama. « On doit pouvoir amorcer aux Antilles une dynamique de croissance des trafics comparable à celle que nous observons aujourd’hui à La Réunion ».

Concernant la pêche, Edouard Philippe a assuré son intention de lutter contre la pêche illégale, « notamment dans nos eaux ultramarines, comme en Guyane et en Nouvelle-Calédonie. Nous expérimenterons l’utilisation de drones aériens pour intensifier les contrôles », a-t-il indiqué. Edouard Philippe souhaite enfin « anticiper la hausse du prix du gasoil, le renouvellement de la flotte et la gestion des risques. Nous mettrons en place un dispositif de garantie contre les intempéries, y compris dans les Outre-Mer ».

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment