Nouvelle-Calédonie : Un congrès international se penchera sur la bio-piraterie

No Comment

©Xavier Aubriot / MNHN (Illustration)

L’Institut Kanak des Plantes, de l’Artisanat et des Langues autochtones (Ikapala) organise, ce week-end au Sénat coutumier de Nouvelle-Calédonie, un congrès international qui se penchera notamment sur la question de la bio-piraterie. Reportage de la chaine Caledonia

« La bio-piraterie, c’est exploiter la connaissance des plantes médicinales de nos anciens pour soigner les maladies » explique André Vama, vice-président de l’Institut, interrogé par Caledonia. « On a un exemple concret sur Yaté par rapport au bancoulier : la professionnelle qui exploite ça aujourd’hui a pris les connaissances de la tribu pour faire son produit ». « La personne qui a donné la connaissance reste bredouille » déplore-t-il. Les intervenants à ce congrès proviennent des deux partenaires techniques de l’Ikapala, tel que la Fondation France Libertés de Danielle Mitterrand basée à Paris, et l’ONG DOCIP, basée à Genève. Outre la bio-piraterie, ce congrès s’intéressera également à la préservation des écosystèmes et la lutte contre le réchauffement climatique, la réappropriation des expressions culturelles et aux différents mécanismes de l’ONU et des textes internationaux.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment

LA CHAINE TV
outremers360.tv

La chaîne des Outre-mer à 360 degrés

Outremers 360 Data Life
LOGO-OM360_DataLife_spallian_petit

Outremers 360 se lance dans l’ère de l’Open Data
Explorez les territoires d’Outre-mer par les chiffres

  >> L’analyse des territoires
  >> Le comparateur des territoires  

outremers360.com le premier media Smart Data