La vanille de La Réunion en passe d’obtenir l’Indication Géographique Protégée

No Comment

©Réunion.fr

Tandis que le réchauffement climatique conduit à cultiver toujours plus haut la vanille réunionnaise, celle-ci, menacée par la fusariose, fait l’objet de recherches importantes du CIRAD depuis une dizaine d’années. Ces recherches entrées dans une phase de développement chez des agriculteurs commencent à porter leurs fruits, permettant à la vanille de La Réunion d’être en passe d’obtenir l’Indication géographique protégée (IGP). 

Sous la serre de la station CIRAD à La Bretagne (Saint-Denis), les pieds mères, arrivés à maturité, accusent plus ou moins leur capacité de résistance à la fusariose, ce champignon des racines qui décime les lianes chez les vanilliers vieux de 5 ans en milieu humide. Les études sont conduites par le virologue du CIRAD Michel Grisoni, en partenariat avec plusieurs centres de recherche français (Université de la Réunion, Etablissement Vanille de Tahiti, INRA, Université Paris Sud et CNRS), sur la résistance mais aussi sur une meilleure production. Deux des principales sociétés françaises du secteur, Eurovanille et Mane Fils, se sont engagées récemment à soutenir la recherche publique dans deux domaines : le séquençage du génome du vanillier et la sélection de plants résistants aux maladies.

Ces avancées scientifiques viennent en appui à la démarche engagée par le président de l’association des planteurs de Vanille, Louis Leichnig producteur à Saint-Philippe. Au salon de l’agriculture qui ouvre ses portes le 23 Février la vanille réunionnaise s’apprête à recevoir une IGP « pour la qualité gustative d’une gousse unique au monde ».

©DMF

©DMF

Dans les années 50 à 80, le CIRAD avait donné un coup de pouce aux producteurs de vanille faisant migrer la plante, une liane fleurie, du tronc des arbres en sous-bois, à des alignements gérés sous ombrelles facilitant ainsi la culture. Mais la pollinisation restante toujours manuelle et accusant un lourd coût de main d’œuvre faisait mirer la belle senteur vers Madagascar et les Comores qui devenaient ainsi les premiers producteurs mondiaux.

Deux événements viennent en relancer le rêve à La Réunion. Le premier est le discrédit porté à la vanilline de synthèse. Grands chefs, nez de parfumeur et consommateurs ne retrouvent pas dans le produit chimique de synthèse la force de l’arôme naturel. Le deuxième événement fût ce qu’on appelle « couper la branche sur laquelle on est assis ». Madagascar misa un peu trop sur l’or noir, allant jusqu’à enfermer des gousses dans des sacs de 3kg au lieu de 5 pour obtenir un kilo de vanille. Mais celle-ci, moins humide, était moins chargée de vanilline et dès sa sortie du sac, la vanille forcée se mit à moisir.

©DMF

©DMF

A La Réunion, les vieux métiers d’apprêt ont été conservés. La vanille sèche encore au soleil et se conserve dans des caisses de bois, ou se vend un peu plus humide dans des tubes ou des bocaux, conservée à plus d’humidité atteignant un taux de 2% à 2,5% de vanilline. C’est entre Sainte-Marie et Saint-Philippe que les méthodes ancestrales de production de vanille ont conduit à l’indication géographique protégées qui désormais nous garantiront une vanille de qualité.

Mais d’autres planteurs innovent et agrandissent déjà le périmètre : dans les Hauts de Saint-Louis, Jean Saint-Lambert se met à cultiver sous panneaux solaires, mariant ainsi agriculture et énergie. L’objectif étant de cultiver 40 000 plants et de fournir 5,7 MW sur 50 ha (besoins énergétiques de 2300 foyers) et 40 000. Le projet a reçu l’aide de l’ADEME et de la Région.

Dominique Martin-Ferrari, Métamorphoses Outremers

L’Indication géographique protégée

L’Indication géographique protégée (IGP) identifie un produit agricole, brut ou transformé, dont la qualité́, la réputation ou d’autres caractéristiques sont liées à son origine géographique.L’IGP s’applique aux secteurs agricoles, agroalimentaires et viticoles.

Pour prétendre à l’obtention de ce signe officiel lié à la qualité et à l’origine (SIQO), une étape au moins parmi la production, la transformation ou l’élaboration de ce produit doit avoir lieu dans cette aire géographique délimitée.

L’IGP est liée à un savoir-faire. Elle ne se crée pas, elle consacre une production existante et lui confère dès lors une protection à l’échelle nationale mais aussi internationale. L’IGP peut être basée sur la réputation du produit, qui s’entend au sens d’une forte reconnaissance par le public à un instant donné, et qui doit être associée à un savoir-faire ou une qualité́ déterminée attribuables à l’origine géographique. Les règles d’élaboration d’une IGP sont inscrites dans un cahier des charges et font l’objet de procédures de contrôle, mises en œuvre par un organisme indépendant agréé par l’INAO.

En 2017, l’ensemble des 140 produits agroalimentaires sous IGP enregistrés en France ont généré un chiffre d’affaire de 3,7 milliards d’euros.

©DMF

©DMF

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment

LA CHAINE TV
outremers360.tv

La chaîne des Outre-mer à 360 degrés

Outremers 360 Data Life
LOGO-OM360_DataLife_spallian_petit

Outremers 360 se lance dans l’ère de l’Open Data
Explorez les territoires d’Outre-mer par les chiffres

  >> L’analyse des territoires
  >> Le comparateur des territoires  

outremers360.com le premier media Smart Data