Environnement : Le Maroni, terrain d’étude d’experts internationaux sur le thème la santé du fleuve et des hommes

No Comment

A l’occasion de la 8eme session des Initiatives pour l’Avenir des Grands Fleuves qui s’est tenue en Guyane cette semaine, en présence d’Erik Orsenna, président de l’Initiative pour l’Avenir des Grands Fleuves (IAGF), des experts internationaux se sont penchés sur la problématique de la santé des fleuves et des hommes avec comme corollaire le fleuve Maroni.

Durant quatre jours, l’ensemble des participants ont pu être sensibilisés autour des enjeux de la gestion de l’eau dans cette région, et plus particulièrement du fleuve Maroni. Faire un focus sur le Maroni et toutes les problématiques de santé autour du fleuve est une occasion unique de mettre tous les acteurs autour d’une même table pour réfléchir ensemble à la manière de réduire les problèmes liés à l’assainissement, aux maladies infectieuses et aux dégâts causés par les activités d’orpaillage illégal.

Invité de Guyane la 1ere, Erik Orsenna président de l’Initiative pour l’Avenir des Grands Fleuves (IAGF) a rappelé que le Fleuve Maroni est un partenaire de vie, un être vivant. Le Maroni est un être magnifique, blessé par des pollutions de toutes sortes. Il faut traiter toutes les pollutions pour éviter tous les rejets dans le fleuve, coopérer avec l’autre rive, (le Surinam, ndlr). La Guyane est le monde des possibles et dispose d’un potentiel immense». L’académicien a toutefois ajouté qu’il y a une prise de conscience formidable » en Guyane sur la prise en compte de la nature comme un être vivant à part entière.

Si la ressource en eau est en effet abondante (la Guyane est au troisième rang mondial en termes d’eau douce disponible selon l’Unesco), elle est néanmoins inégalement répartie et distribuée.
Principale artère de transport malgré la dangerosité des sauts, le Maroni est aussi depuis toujours un lieu de passage et de brassage de populations entre communes depuis le Haut-Maroni jusqu’à l’estuaire et entre pays des deux rives: accès à l’école, accès aux soins, commerce légal et illégal… Il est essentiel au développement du territoire. Pourtant, le fleuve est encore peu aménagé et valorisé. Ses eaux sont polluées par le mercure qu’utilisent les orpailleurs illégaux pour amalgamer l’or, une pollution qui contamine les poissons et in fine, les habitants. Elles sont aussi vectrices de bactéries et virus. Typhoïde, choléra, diarrhée affectent les populations isolées qui n’ont pas un accès direct à l’eau potable.À cela s’ajoutent les maladies transmises par les moustiques, auxquelles la Guyane est déjà confrontée de longue date : paludisme, fièvre jaune, dengue.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment

LA CHAINE TV
outremers360.tv

La chaîne des Outre-mer à 360 degrés

Outremers 360 Data Life
LOGO-OM360_DataLife_spallian_petit

Outremers 360 se lance dans l’ère de l’Open Data
Explorez les territoires d’Outre-mer par les chiffres

  >> L’analyse des territoires
  >> Le comparateur des territoires  

outremers360.com le premier media Smart Data