Energies Renouvelables: Mafate connectée au premier microgrid de la Réunion

No Comment

©EDF Réunion

Un microgrid a été installé dans la section de la Nouvelle dans le Cirque de Mafate. Le dispositif permettra d’alimenter en électricité de façon permanente le dispensaire, l’atelier de l’Office national des forêts et l’école de la Nouvelle.

C’était une annonce promise par le directeur général EDF, Jean-Bernard Lévy lors de sa visite à la Réunion en février 2016. Le premier microgrid a été inauguré hier en présence des collectivités locales, de l’Etat,  de Sidelec (syndicat d’électrification de La Réunion), EDF, mais aussi le Parc National et l’ONF.  Il s’agit d’un microgrid (réseau électrique de petite taille conçu pour fournir un approvisionnement électrique fiable et de meilleure qualité à un petit nombre de consommateurs) 100% solaire totalement autonome composé d’une chaîne à hydrogène pouvant stocker durant une dizaine de jours l’électricité solaire produite par les panneaux photovoltaïques.

Jusqu’ici, les habitants de Mafate sont  alimentés par des panneaux solaires qui ne stockent l’électricité que durant 48 heures maximum. Les foyers mafatais sont donc contraints de recourir à des groupes électrogènes dans leurs activités quotidiennes. Un recours polluant à la différence du microgrid qui ne rejette que de l’oxygène et de l’eau dans l’environnement. « Le Cirque est un endroit idéal, car dans les systèmes insulaires nous avons un certain nombre de réseaux isolés. Mafate est depuis toujours très peu accessible. Des batteries avaient été installées dans la fin des années 90. L’idée était d’aller au-delà et de permettre de trouver une autonomie totale. Mafate s’inscrit parfaitement dans cet objectif, c’est le territoire rêvé pour ce type d’expérimentation. » a souligné Henri Lafontaine, directeur exécutif d’EDF Réunion au micro d’Antenne Réunion.

Actuellement en phase d’expérimentation pour une durée de 3 ans, le microgrid pourrait être étendu à l’ensemble du Cirque de Mafate si l’expérience se révèle concluante. Le dispositif a nécessité la somme de 300 000 euros, financé à 40% par EDF et 40% par le Sidelec ainsi que 20% par l’ ADEME.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment