El Nino 2015 : Fortes chaleurs en Polynésie

No Comment

Les polynésiens sont en émoi, depuis quelques semaine, une vague de chaleur sévit sur le territoire. Elle ne semble pas vouloir s’affaiblir et la population redoute l’arrivée imminente d’un cyclone, souvent précédé par une hausse des températures.

Pendant que l’hiver s’installe doucement mais surement dans l’hémisphère nord, au sud, plus précisément dans le Pacifique, on s’attend à un été bien mouvementé. Le phénomène El Nino, qui atteindra cette année un niveau historique fait d’ores et déjà sentir ses effets. Un premier cyclone s’est formé, la semaine dernière, aux îles Samoa et une dépression tropicale faible a déferlé sur le nord des îles Tuamotu, en Polynésie française. Mais depuis quelques semaines, c’est la chaleur ambiante qui fait parler d’elle en Polynésie. Si les réseaux sociaux s’en amusent, la situation semble tout de même invivable. Certains smartphones annoncent une température ressentie de 42°C ! Du jamais vu en Polynésie où l’on ne dépasse que très rarement les 35°C.

La chaleur qui sévit actuellement s’explique par le « réchauffement anormal » de l’Océan, au niveau des îles Marquises qui se situent au nord de la Polynésie française, comme l’explique Rémy Canavesio, chercheur en géographie au CNRS-Criobe et interrogé par Radio1 Tahiti. Les vents venant du Nord apportent alors la chaleur de l’Océan sur les îles polynésiennes. Le chercheur évoque également un lien logique entre le phénomène El Nino et cette chaleur provoquée par le réchauffement des eaux. En Polynésie, la population s’apprête sérieusement à affronter un cyclone. En effet, pendant l’été austral, la hausse des températures précèdent bien souvent les formations de cyclones. Le ciel reste relativement dégagé, même la nuit. Et pourtant, les températures ne semblent pas baisser. Au contraire, le mercure grimpe sans pour l’instant redescendre.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment