Après Irma : Le gouvernement fait un nouveau point d’étape avant la visite d’Emmanuel Macron

No Comment

© Edouard Philippe Twitter

Indemnisations par les assurances, saison touristique, évacuation des déchets: Edouard Philippe a présidé lundi un nouveau comité interministériel consacré aux conséquences de l’ouragan Irma à Saint-Martin et Saint-Barthélemy, à deux semaines d’une visite d’Emmanuel Macron sur place.

Autour du Premier ministre, la réunion a rassemblé à Matignon une dizaine de membres du gouvernement, ainsi que les chefs des deux exécutifs locaux, Daniel Gibbs (Saint-Martin) et Bruno Magras (Saint-Barthélemy). A l’heure actuelle, 68% des dégâts assurés ont été indemnisés, soit 1,27 milliard d’euros sur un total désormais estimé à près de 1,9 milliard, selon un compte-rendu diffusé par Matignon lundi soir.

Des délais de paiement, ajoutés à près d’un milliard d’euros de dégâts non assurés, qui ont ralenti la reconstruction: si les stigmates ont pratiquement disparu dans la petite île aisée de Saint-Barthélemy, Saint-Martin, la plus pauvre des deux îles sinistrées, comprend encore de nombreuses habitations « dans un état précaire ».

L’Etat avait débloqué des aides exceptionnelles de plusieurs dizaines de millions d’euros à la suite du passage d’Irma. Le plan de chômage partiel en particulier a permis de « conserver plus de 9.000 salariés dans l’emploi », pour un coût estimé à 75 millions d’euros d’ici fin 2018, souligne la délégation interministérielle.

Le chômage est resté pratiquement stable en un an dans les deux îles, avec même une légère baisse à Saint-Martin. Si le tourisme est bien reparti à « Saint Barth », la reprise est en revanche « plus lente » à Saint-Martin, avec environ 800 chambres qui devraient être opérationnelles pour la saison touristique qui débute vers décembre.

Le comité interministériel a également fait un point sur la situation des déchets éparpillés dans l’île, qui représentent un danger avec le début de la saison des tempêtes tropicales. « Actuellement, il reste environ 20 à 25 % des débris terrestres éparpillés sur le territoire », tandis que plus de 55.000 tonnes de déchets et près de 2.000 épaves de voitures (sur 5.000) ont été convoyées dans un « écosite », selon le gouvernement. « La préfecture impulsera dans le courant du mois de septembre la constitution d’une filière de retraitement des déchets inertes, afin d’éviter leur dispersion sur le territoire », précise la délégation interministérielle.

Après un passage en Martinique et en Guadeloupe, Emmanuel Macron est attendu à Saint-Martin et Saint-Barthélemy autour des 29-30 novembre. Le chef de l’Etat s’était déjà rendu dans les deux îles quelques jours après la catastrophe.

Avec AFP

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment