Le chef réunionnais Kévin Minatchy a de l’or sous la toque

No Comment

©Réunionnais du Monde

Après un l’obtention d’un CAP Cuisine au lycée hôtelier Plateau Caillou et après avoir fait ses armes chez Lenôtre à Paris, Kévin Minatchy est sous-chef à l’hôtel Dina Morgabine à La Réunion. A seulement 25 ans, il est sélectionné pour la finale du concours des Toques d’Or 2017. Organisé chaque année par l’Académie nationale de cuisine de France, l’événement aura lieu en novembre 2017 à Chamalières, dans le département du Puy-de-Dôme. En attendant, Kévin Minatchy raconte son parcours, son expérience à La Réunion et ses projets à nos confrères de Réunionnais du Monde.

Kevin Minatchy, 26 Ans, originaire de Bras-Panon. J’ai obtenu un CAP de Cuisine avec mention complémentaire au lycée hôtelièr de la Renaissance à Plateau Caillou. J’ai ensuite déménagé à Paris pour me perfectionner en cuisine française. D’abord j’ai passé un brevet professionnel en tant qu’apprenti. J’ai travaillé chez les Frères Blanc, un groupe de restauration française, auprès de Bernard Leprince meilleur ouvrier de France et ancien de la Tour d’Argent ou encore du renommé Fouquet’s.

La deuxième année j’ai travaillé au palace Le Bristol auprès d’Eric Fréchon et Franck Leroy, meilleurs ouvriers de France et 3 étoiles au Guide Michelin. En candidat libre j’ai passé mon CAP Pâtisserie chez Lenôtre. Après mon brevet professionnel, j’ai été embauché au Bristol en tant que commis jusqu’au poste de Chef de Partie en 2015.

Retour gagnant

Fin 2015, je suis revenu sur l’île de la Réunion pour l’ouverture de l’hôtel Dina Morgabine à la Saline les Bains, au poste de Sous-chef. J’ai trouvé l’annonce sur les réseau sociaux et j’ai contacté le groupe Côté Sun hôtels, dirigé par les Wolff. Je suis venu à la Réunion en juin 2015 pour passer un test en cuisine et un entretien ; j’ai reçu ma promesse d’embauche et je suis revenu m’installer en novembre, pour l’ouverture de l’hôtel Dina Morgabine.

Je suis rentré dans un esprit positif, heureux de retrouver mon île, ma famille et d’avoir un emploi. J’ai trouvé que la Réunion avançait bien d’un point de vue économique : route des Tamarins, agrandissement de l’aéroport Roland Garros… Point négatif, il y a encore trop d’embouteillages sur l’île et les transports en commun ne sont pas assez développés.

Pour retrouver la cuisine de Kevin Minatchy, direction l'Hôtel Dina Morgabine à La Réunion ©Hôtel Dina Morgabine

Pour retrouver la cuisine de Kevin Minatchy, direction l’Hôtel Dina Morgabine à La Réunion ©Hôtel Dina Morgabine

Rentrer dans mon île était pour moi une opportunité d’approfondir mes connaissances mais aussi de mettre en pratique ce que j’avais appris avec des grands chefs sur Paris, tout en utilisant des produits de la Réunion ! Je suis conscient que c’est une chance, car beaucoup n’ont pas cette opportunité d’être embauché.

J’ai vécu un belle expérience en métropole. J’ai eu la chance de travailler dans des grandes maisons, à coté de grands chefs, de découvrir d’autres modes de vie. Cela m’a permis d’être plus autonome et d’avoir plus confiance en moi. D’être plus professionnel.

Pierre Loti en ligne de mire

Mon but est de devenir chef de cuisine et de faire l’ouverture de l’hôtel Pierre Loti à Saint-Denis. Je souhaite aussi faire des concours pour me surpasser et donner le meilleur de moi-même. Je n’exclus pas de retourner en France pour travailler dans des grandes maisons. Mon conseil aux jeunes Réunionnais : acquérir des expériences professionnelles dans les meilleurs entreprises et démontrer leur motivation !

©Réunionnais du Monde

©Réunionnais du Monde

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment