Tourisme en Outre-mer: La Nouvelle-Calédonie lance sa stratégie 2025

No Comment

©DR

Lancés il y a un an par le gouvernement et les trois provinces, les ateliers du tourisme ont abouti à une stratégie de développement touristique des services et des loisirs, explique le gouvernement calédonien sur son site. La Nouvelle-Calédonie se donne pour objectif d’accueillir 200 000 touristes et plus d’un million de croisiéristes à l’horizon 2025.

Selon le gouvernement calédonien, les ateliers du tourisme, qui ont abouti au plan touristique Stratégie 2025, auraient mobilisé près de 500 professionnels et donné lieu à plus de 200 entretiens sur le terrain. La demande la plus forte est la création d’une agence de développement touristique de la Nouvelle-Calédonie qui aurait pour mission d’assurer la promotion internationale et piloter la stratégie touristique, sans empiéter sur les compétences des trois provinces -Nord, Sud et Îles. « Nos quatre collectivités (provinces et gouvernement, ndlr) participeraient de concert à promouvoir le pays tout en gardant leurs prérogatives et les spécificités locales », résume Martine Lagneau, première vice-présidente de la province Sud.

La nouvelle stratégie touristique réaffirme également le rôle de la desserte aérienne. Grâce à leur nouvelle flotte respective, Aircalin et Air Calédonie pourront augmenter leurs capacités de transport.

Attirer la clientèle chinoise

« Le gouvernement, aux côtés des provinces, entend prendre toute sa part dans l’action qui a d’ailleurs déjà commencé », a déclaré Phillipe Germain, Président du gouvernement calédonien, lors de la restitution des ateliers du tourisme le 9 décembre devant les représentants des institutions et des professionnels du secteur. En réintégrant en 2015 le South Pacific Tourism Organization (SPTO) et en étant membre de l’Association australienne de la croisière, la Nouvelle-Calédonie entend augmenter sa représentation au niveau régional et international en visant le marché chinois notamment. « Avec l’aval de l’État et de la Chine, et au terme de longues négociations, nous sommes en passe de signer un protocole qui attribuera le statut de destination touristique agréée à la Nouvelle-Calédonie », a rappelé Philippe Germain.

Le Président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, Philippe Germain, a présenté les grandes lignes de la stratégie touristique calédonienne ©Gouv.nc

Le Président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, Philippe Germain, a présenté les grandes lignes de la stratégie touristique calédonienne ©Gouv.nc

Le gouvernement veut en parallèle agir sur l’hébergement, « où le financement est un outil déterminant », a souligné Philippe Dunoyer, membre du gouvernement en charge de la fiscalité. Il a notamment présenté les trois prêts de la Banque publique d’investissement, Bpi France, désormais accessibles en Nouvelle-Calédonie, avant de revenir sur les défiscalisations nationale et locale prorogées jusqu’en 2025. « De 2008 à 2014, quatorze projets sur cinquante-quatre au total, retenus dans le cadre de la défiscalisation locale, ont été agréés dans le domaine de l’hôtellerie. C’est bien un outil qui sert majoritairement à défendre ce secteur », a-t-il insisté. Avec son plan touristique stratégie 2025, la Nouvelle-Calédonie veut enfin atteindre 10 000 emplois dans le secteur.

A l’heure où le secteur minier a affaibli l’économie calédonienne lors de la crise de 2015 et la chute des cours du nickel au London Metal Exchange, la Nouvelle-Calédonie cherche donc à développer d’autres leviers économiques, une nécessité que Manuel Valls, alors Premier ministre, avait rappelé lors du Comité des signataires du 7 novembre.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment