Polynésie française: Vers la première ville flottante au Monde ?

No Comment

Exemple de projet The Seasteading Institute ©The Seasteading Institute

La nouvelle fait le buzz des réseaux sociaux en Polynésie française depuis décembre. La Collectivité du Pacifique s’apprêterait à accueillir dans ses eaux la première ville flottante au monde. Le projet, financé par des membres de la Silicon Valley, suscite des doutes et des critiques sur la finalité réelle des investisseurs, rapporte La Tribune.

En décembre dernier, le Président de la Polynésie française Edouard Fritch et l’association The SeaSteading Institute signaient un protocole d’entente pour la construction d’une ville flottante dans les eaux polynésiennes. Ce vendredi 13 janvier à San Francisco, le porte-parole du gouvernement polynésien Jean-Christophe Bouissou, a signé un « memorandum of understanding », prévoyant la mise en route d’études de faisabilité et permettant « de consolider notre accord pour collaborer sur le développement du projet d’habitats flottants dans le lagon de la Polynésie française », selon un communiqué du directeur exécutif de l’association Randolph Hencken daté du 25 décembre dernier.

Exemple de projet The Seasteading Institute ©The Seasteading Institute

Exemple de projet The Seasteading Institute ©The Seasteading Institute

L’association SeaSteading Institute a étudié plusieurs possibilités de sites d’implantation de sa ville flottante avant d’opter finalement pour la Polynésie française, en raison de son statut d’autonomie élargie. Selon Tahiti-infos, le projet est estimé entre 30 et 50 millions de dollars et la structure devrait être composée de « deux ou trois plate-formes flottantes, reliées entre elles », indique l’association américaine. Ancrée aux fonds marins, la ville flottante devrait accueillir des logements ou des enseignes commerciales et ses habitants devraient produire leur propre énergie et traiter eux-mêmes leurs déchets. Si le projet doit voir le jour en 2020 selon un premier calendrier, la Polynésie française doit encore établir un cadre législatif spécifique qui devrait être débattu en 2017.

« Derrière cette réalisation se cache un véritable projet politique mené par Peter Thiel, le fondateur de Paypal et Patri Friedman, activiste libertarien, petit-fils de l’économiste Milton Friedman », souligne La Tribune. L’un des objectifs du projet est de « s’affranchir des lois et des règles attachées aux Etats ainsi que de la fiscalité ». « Je ne crois plus que la liberté et la démocratie soient compatibles. […] Je reste attaché, depuis mon adolescence, à l’idée que la liberté humaine authentique est une condition sine qua non du bien absolu. Je suis opposé aux taxes confiscatoires, aux collectifs totalitaires », expliquait Peter Thiel au quotidien Le Monde. La Dépêche de Tahiti rappelle toutefois les « lois bien définies » qui régissent les eaux polynésiennes.

Exemple de projet The Seasteading Institute ©The Seasteading Institute

Exemple de projet The Seasteading Institute ©The Seasteading Institute

En Polynésie française, le projet de ville flottante fait débat. Un ancien ministre du Tourisme, Marc Collins, confiait au Guardian l’accueil plutôt négatif des polynésiens au projet: « Les Tahitiens en ont marre et sont fatigués d’entendre parler de méga-projets qui mènent à nulle part […]. Il y a une prédisposition de la population à être prudente », faisant allusion au complexe hôtelier Tahiti Mahana Beach et à la ferme aquacole de Hao. Toutefois, l’ancien ministre du Tourisme espère que cette ville flottante développera le dynamisme économique de la Polynésie et surtout, qu’il permettra aux jeunes polynésiens d’être au contact des innovateurs de la Silicon Valley pour « aider à combattre ‘la fuite des cerveaux’ des Tahitiens qui quittent l’île pour aller trouver du travail ».

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment