Polynésie française: + 1 000 salariés en 1 an

No Comment

©Matarai

L’Institut de la Statistique de Polynésie française (ISPF) a publié son point de conjoncture du troisième trimestre 2016 dont les principaux enseignements sont une confirmation de la consommation des ménages, une hausse du chiffre d’affaires des entreprises ou encore, une amélioration de l’emploi salarié.

La reprise de la consommation des ménages se confirme au terme du troisième trimestre 2016, dans un contexte de prix encore en baisse, explique l’ISPF. En effet, « les prix ont baissé de 0,6 % en moyenne sur la période (- 0,7 % entre septembre 2015 et 2016). Les baisses les plus fortes concernent les articles d’habillement (- 6 %), les transports (- 4 %), le logement (- 2,1 %), tandis que les plus fortes hausses s’observent sur les produits alimentaires (+ 2,1 %), l’enseignement (+ 1,6 %), la santé (+ 1,1 %), et l’hôtellerie-restauration (+ 1 %) ».

Capture3

Chiffre d’affaire des entreprises en hausse

La demande des entreprises demeure globalement bien orientée, mais des différences s’observent suivant les secteurs d’activité, poursuit l’ISPF. L’Institut détaille: « Le chiffre d’affaires des entreprises cumulé à fin septembre 2016, progresse de 2,1 % sur un an (+ 1,8 % hors banques et assurances). Dans le secteur tertiaire et l’industrie, les chiffres progressent respectivement de 2,7 % et 0,8 % ; dans le BTP et le secteur primaire, ils diminuent de 4,6 % et 6 % ». En parallèle, « les importations à destination des entreprises sont en hausse ». « Les biens d’équipement progressent de 6,5 % en valeur » mais « ces investissements demeurent concentrés sur un petit nombre d’activités : un quart de la hausse est due à des importations de groupes électrogènes, un autre quart à des importations de bateaux et autres produits de la construction navale. La hausse des achats de matériels des industries mécaniques est peu élevée (+ 1 %) ».

Capture2

L’emploi s’améliore et suit l’orientation d’activité des entreprises : on compte 1 000 salariés supplémentaires en septembre 2016 par rapport à septembre 2015. « La progression des effectifs salariés suit la reprise du chiffre d’affaires des entreprises », explique l’ISPF. « Entre septembre 2015 et 2016, l’emploi s’améliore dans les services, en particulier dans l’hôtellerie restauration, les commerces, les transports et entreposage, ainsi que dans les activités de services administratifs et de soutien. En revanche, il diminue dans le secteur primaire » et « progresse dans l’industrie et le BTP ». « Pour ce dernier secteur, la hausse des effectifs dans le génie civil et les travaux spécialisés a plus que compensé la baisse dans la construction de bâtiments ». Par conséquent, « l’amélioration de l’emploi favorise la consommation des ménages ».

Augmentation de la fréquentation touristique

La fréquentation touristique cumulée à fin septembre 2016 augmente de 7 % sur un an (145 850 touristes). Sur la période, le tourisme terrestre payant progresse de 9 % et le tourisme de croisière de 4,3 %. Le tourisme terrestre gratuit est stable. Les États-Unis contribuent pour moitié à cette hausse, la France, le Japon, la Chine et l’Australie se partageant le reste. Le marché européen hors France est en retrait. L’hôtellerie internationale profite pleinement de cette hausse de la fréquentation. Le nombre de chambres vendues progresse de 6 % avec un coefficient moyen de remplissage qui s’établit à 68,3 % en hausse de 4,5 points sur un an.

Capture

En revanche, les exportations de produits locaux cumulées de janvier à septembre 2016 sont en baisse par rapport à 2015, « exception faite de l’huile de coprah dont les exportations augmentent en valeur ». « Les exportations de perles de culture brutes diminuent nettement en volume (- 14 %) à 7,5 tonnes, revenant ainsi au niveau de 2009, mais avec un prix unitaire en hausse par rapport à 2015 (600 F.CFP/gramme, + 8 % sur un an). Les produits de la pêche sont aussi en retrait ; la baisse est plus marquée en volume qu’en valeur, d’où une progression du prix unitaire de 7 % à 936 F.CFP/Kg, un tarif élevé comme en 2012″.

Capture4

Point de conjoncture de la Polynésie française – Troisième trimestre 2016 – ISPF

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment