Plan social prévu dans le seul hôtel de luxe de Saint-Martin après Irma

No Comment

©Capture / Youtube

Le seul hôtel cinq étoiles de Saint-Martin, fermé depuis le passage d’Irma, prévoit un plan social « pour 138 des 149 employés », a annoncé ce vendredi le syndicat CGTG. Le groupe hôtelier indique de son côté vouloir « revoir le modèle économique » et effectuer des rénovations.

Une « annonce a été effectuée par la direction au sujet d’un plan social pour 138 des 149 employés à cause d’une masse salariale trop importante », a indiqué vendredi la représentante du personnel CGTG de l’hôtel de luxe La Samanna situé sur la plage de Baie Longue à Saint-Martin. « Ils veulent effecteur les licenciements économiques au mois d’août et reprendre certains d’entre nous en décembre prochain mais en tant que saisonniers. Ils voudraient proposer des CDD de 9 mois »,  affirme la représentante du personnel syndiqué CGTG. Les salariés de l’hôtel ont rencontré dans la semaine le 2ème Vice-président de la Collectivité de Saint-Martin, Yawo Nyuiadzi. « La situation économique nous concerne. La Samanna est une locomotive, une institution. L’arrêt de cette institution serait préjudiciable alors nous nous saisissons du dossier », a assuré ce dernier.

L’hôtel indique vouloir effectuer des rénovations pour une ouverture pour le début de la haute saison touristique (novembre-décembre) et indique aussi vouloir revoir son modèle économique. « Nous pouvons confirmer qu’une réunion a eu lieu avec les membres du comité d’entreprise et l’organe représentatif des salariés de l’hôtel La Samanna. La société consulte le conseil sur la réorganisation potentielle du modèle économique existant de La Samanna », a indiqué vendredi l’hôtel dans un communiqué. « L’objectif est d’assurer la viabilité de l’entreprise et de maintenir les opportunités d’emploi locales sur l’île à plus long terme, une fois l’hôtel rénové et rouvert. Les paramètres des propositions restent soumis à la consultation du comité d’entreprise », ajoute le groupe, préférant ne pas communiquer d’avantage pour l’instant.

Avec AFP.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment