Nouvelle-Calédonie: Le deuxième four de l’usine de Koniambo de nouveau en fonction, les 800 emplois préservés

No Comment

©Antoine Leveau

Le second four de l’usine a été remis en service le 15 décembre. Un redémarrage qui permettra de maintenir les 850 emplois dans la province Nord et d’atteindre les objectifs prévus pour 2020.

Le métal coule à nouveau depuis deux jours sur les deux lignes de production de l’usine de Koniambo, mettant fin à plus d’un an d’inactivité du deuxième four. En effet, depuis le 28 février 2016, l’installation était à l’arrêt suite à un défaut de conception. 58 millions de dollars, financés par l’investisseur suisse Glencore, ont été nécessaires pour la reconstruction du second four.

Koniambo Nickel, co-détenue par le géant anglo-suisse Glencore et la société locale SMSP, est une unité métallurgique de nickel d’une capacité de 55 000 tonnes annuelles. Avec un seul four, 15 000 tonnes de nickel ont été coulées en 2016, et 20 600 tonnes sont attendues pour 2017 selon les chiffres donnés par le président de Koniambo Nickel SAS, Marc Boissonneault. La compagnie pilotée par Glencore juge en effet que Koniambo atteindra « la pleine capacité d’ici 2020-2021 ».  L’objectif est de rester compétitif pour faire passer le coût de production sous la barre de 4 dollars la livre.

Une bonne nouvelle pour l’une des trois unités métallurgiques que possède la Nouvelle-Calédonie. Dans le Sud, l’actionnaire de la SLN, le minier brésilien Vale a récemment déclaré  « envisager une possible mise en sommeil de son outil industriel sur le territoire en juin 2018 ».

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment