La Réunion: La majorité de la production de letchis réservée à l’exportation vers l’Hexagone

No Comment

Fruit-star des fêtes de fin d’année à la Réunion, les letchis se font de plus en plus rares sur les étals de marché pour cette saison 2017.  Une grosse partie de la production sera réservée à l’exportation vers l’Hexagone.

« Depuis que je vends des letchis, cela fait 28 ans, c’est la première fois que je constate qu’il n’y a pas de letchis sur les marchés. C’est une catastrophe ! », nous confie Jean-Baptiste, bazardier et  vendeur de fruits sur le « Ti Marché de Saint-Denis ». Selon les producteurs de ce fruit rouge à chair blanche, ce sont les conditions météorologiques défavorables qui ont impacté la production: un hiver trop doux et des périodes pluvieuses trop importantes n’ont pas permis une bonne floraison. Comme l’explique une vendeuse, « les températures froides de l’hiver austral permettent de stresser l’arbre et de donner une floraison abondante. » A titre d’exemple, la Réunion a produit environ 18 000 tonnes l’an dernier, les premières estimations  pour 2017 font état d’une production de 2000 tonnes. La Chambre d’agriculture parle même d’un manque à gagner de 70%.

24116540_10214592894926462_611222725_o

© Charles Baudry

Conséquence, les producteurs ont décidé de privilégier l’exportation du fruit. Ainsi, seules 10 tonnes sont envoyées dans l’Hexagone au lieu des 1 000 tonnes habituelles. Jean-Baptiste explique qu’il est plus rentable d’exporter. «Le producteur préfère vendre à l’export car il obtient un prix de revient plus intéressant ». Pour rappel, ce sont 94 tonnes qui ont été exportées en France Hexagonale en 2015.

Un prix multiplié par 10 

Un manque de fruits qui influe sur le prix de vente. Ordinairement, la fourchette de prix se situe entre 1et 3 euros le kg mais cette année, les letchis se vendent autour de 10 euros le kilo sur certains marchés. « Nous payons auprès du producteur 9 euros le kilo. Les gens ont l’habitude d’acheter à un certain prix, nous ne pouvons vendre plus cher. D’ailleurs, nous comptons arrêter de vendre sur les marchés à partir de demain car on perd dessus », souligne Jean-Baptiste.

© Charles Baudry

© Charles Baudry

Un soutien régional de 200 000 euros et une demande d’état de catastrophe naturelle

A la mi-novembre, les agriculteurs ont demandé que soit décrété l’état de catastrophe naturelle. Une demande qui a également reçu le soutien du député de la Réunion, Jean-Hugues Ratenon qui a adressé un courrier en ce sens au Ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert.

Les planteurs se sont entretenus également avec la Région Réunion en début de semaine. L’institution régionale a prévu une aide de 200 000 euros pour la filière. Elle sera reversée à 40 producteurs.  A noter que ce phénomène de pénurie pour les letchis concerne également la production de mangues dans l’île.

Lire aussi