Guadeloupe : La Karujet, une course internationale à forts profits économiques

No Comment

Réputée comme « la course la plus difficile au monde », la Karujet se tiendra du 17 au 20 mars prochain en Guadeloupe. Une édition 2016 qui mettra l’accent sur l’insertion des jeunes.

Pour sa 19ème édition, l’organisation de la Karujet a choisi les locaux du Ministère des Outre-mer pour y tenir sa conférence de presse, le 16 février dernier. Après un hommage rendu à Jacques Boucher, l’un des co-organisateurs de cet évènement disparu l’année dernière, les différents partenaires de la Karujet ont souligné l’importance de ce championnat en terme de visibilité pour le département, sept étapes de 650 kilomètres à couvrir en trois jours. Après la Coupe Davis début mars, la Karujet est l’autre évènement international de ce mois qui attire les meilleurs pilotes nationaux et internationaux. Elle constitue l’unique championnat du monde offshore UIM dans lequel s’affrontent plusieurs écuries mondiales : Yamaha, Kawasaki par exemple.Cet évènement de grand envergure accueillera des prétendants provenant de la la Chine, d’Hongrie, de l’Afrique du Sud ou encore du Sénégal. Hormis Petit-Bourg, ville-phare de cette course, les compétiteurs  devront piloter leurs machines dans le Canal des Saintes, redoutable en raison des conditions météorologiques ou encore faire un détour jusqu’à Saint-Louis de Marie-Galante. Une compétition rude mais récompensée de belle manière puisque le vainqueur de cette édition se verra gratifier de la somme de 10 000 euros.Plus de 80 pilotes s’affronteront sur le plan d’eau guadeloupéen, qui alterne vagues, houle et calme plat. Le Karujet fait entrer cette année, une nouvelle catégorie: la catégorique atmosphérique (jet sans compresseur, moteur classique).

Un apport économique non négligeable

Une visibilité internationale qui profite également au développement économique et social de la Guadeloupe. Chaque année, ce sont de 46 000 personnes qui se déplacent pour assister aux performances des pilotes mais également participer au Village installée pour l’occasion ( avec des animations, des restaurants, plusieurs dizaines de stands d’exposition. Une opération qui coûte certs près de 500 000 euros mais qui rapporte toutefois en terme de retombées économique, le double.Cette manifestation génère un flux d’1M€ dans des secteurs divers comme l’alimentaire, l’hébergement ou le transport aérien et maritime. Par ailleurs, pas moins d’un million d’euros de recettes sont générées par les acteurs locaux qui interviennent autour de ce championnat (hôtels, agences de location de voiture, restaurants. L’année dernière, c’est le corse Jean-Baptiste Botti qui a remporté le championnat. Conservera-t-il son titre ? Rendez-vous le 17 mars.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment