Economie : Jacques de Chateauvieux reprend les rênes du groupe Bourbon

No Comment

©Bourbon

2016 est synonyme de virage stratégique pour le groupe Bourbon. Le groupe de services parapétroliers investit 320 millions de dollars dans des activités de transport de gaz et devrait revoir revenir à sa tête Jacques de Chateauvieux, son PDG jusqu’en 2011.

Jacques de Chateauvieux avait quitté son poste de PDG du groupe Bourbon il y a cinq ans. Originaire de La Réunion, il avait occupé ce poste de 1979 à 2011 dans la société créée par son père. Mardi dernier, le groupe Bourbon, dont le Conseil d’administration est toujours dirigé par Jacques de Chateauvieux, a annoncé le rachat pour 320 millions de dollars (286 millions d’euros) d’activités de transport de gaz à Jaccar Holding, son actionnaire majoritaire dirigé par Jacques de Chateauvieux lui-même. Nouveau virage stratégique, Jacques de Chateauvieux devrait officiellement reprendre les rênes du groupe Bourbon le 26 mai prochain, après approbation de l’opération par l’Assemblée générale. L’opération que le groupe Bourbon vient d’annoncer, par voie de communiqué, consiste au rachat de 100% de Greenship Gas, « un shipping trust singapourien propriétaire, directement ou indirectement, d’une flotte de 17 navires » de transport d’éthane, d’éthylène et de gaz naturel liquéfié (GNL). Le groupe annonce également le rachat de 100% d’Evergas, qui propose des services de transport de gaz et de 80% de JHW Engineering & Contracting, société d’ingénierie de navires et de « gestion de projets dans les domaines gaziers ». Jusqu’alors détenus par Jaccar Holding, les actifs de ces trois sociétés ont été rachetés à leur actionnaire majoritaire pour la somme de 320 millions de dollars. Ainsi, le groupe Bourbon, spécialisé dans les services maritimes à l’offshore pétrolier, entre de plein pied dans le transport de GNL, en plein essor économique.

Jacques de Chateauvieux reprendra les rennes du groupe Bourbon le 26 mai prochain ©Bourbon

Jacques de Chateauvieux reprendra les rênes du groupe Bourbon le 26 mai prochain ©Bourbon

Pourquoi un tel virage stratégique ? Selon Les Echos, le groupe d’activités maritimes est un habitué des changements de cap. Au départ, Bourbon était une société sucrière de La Réunion. Dans les années 90, elle entre dans la distribution via la société Vindémia, rachetée ensuite par Casino. En 2001, Bourbon effectue son virage majeur. La société vend alors toutes ses activités pour se concentrer sur l’offshore pétrolier, non sans succès puisque le groupe devient alors un des leaders mondiaux du secteur. Mais la chute des prix du pétrole le force a prendre un nouveau virage. Doté d’un résultat opérationnel tout juste bénéficiaire et affichant une perte nette de 76,6 millions d’euros en 2015 suite à des dépréciations d’actifs, « l’orientation prise par [nos] clients dans la perspective de la transition énergétique qui s’amorce [nous] conduit à rechercher une diversification de [nos] activités pour accompagner ces orientations nouvelles », a indiqué Bourbon. Jacques de Chateauvieux, qui a dirigé le groupe de son père de 1979 à 2011, est l’homme derrière tous les virages de Bourbon. Après avoir laissé sa place en 2011, il lance en 2014 une OPA qui fera de Jaccar Holding, appartenant à la famille Chateauvieux, l’actionnaire majoritaire du groupe Bourbon. Jusqu’ici président du Conseil d’administration, Jacques de Chateauvieux devrait reprendre les commandes exécutives, le 26 mai prochain après l’approbation du rachat par l’Assemblée générale, à l’actuel directeur général Christian Lefèvre.

©

©Bloomberg

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment