Crise de la Canne à la Réunion: Fin du conflit entre les planteurs réunionnais et le groupe Tereos

No Comment

© Préfecture de la Réunion

Les syndicats agricoles FDSEA, Jeunes agriculteurs et CGPER, réunis en fin de journée en comité paritaire de la canne et du sucre (CPCS), ont mis fin aux tensions qui perduraient depuis près de deux mois avec Tereos. Un protocole d’accord de fin de conflit a été signé en début de soirée  ce 11 juillet à la Préfecture de la Réunion.

Ils ont signé en préfecture la convention Canne 2017-2021 qui régit les prix et les pratiques de la filière canne – sucre sur cette période. Les planteurs de canne ont ainsi obtenu une augmentation de 2,60 euros du prix de la tonne. Selon cette convention, le prix de base de la tonne passe de 39,09 euros à 41,69 euros. Au début de ce conflit, les syndicats réclamaient une revalorisation de 6 euros du prix de la tonne. A ce prix de base s’ajoute une prime d’intéressement sur la vente du sucre de 88 centimes par tonne vendue. 40 centimes par tonne sont également versés aux agriculteurs produisant moins de 700 tonnes. Cette signature permet de lancer la campagne sucrière dans les prochains jours, après un retard de plus d’un mois.

Réactions à la fin du conflit

Actuellement à Paris, Serge Hoareau, maire de Petite Ile et conseiller départemental délégué à l’Agriculture, s’est dit « satisfait de cet accord signé ». Interrogé par Outremers 360, il a réitéré l’engagement et le soutien de la collectivité départementale à la filière agricole. Les sept députés de La Réunion, toutes tendances confondues, avaient également interpellé le gouvernement la semaine dernière, s’inquiétant du climat de tension actuel, qui risquait « de porter préjudice à l’ensemble de la filière sucre et aux 18.000 emplois qu’elle représente ». Ils devaient rencontrer mercredi le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert et la ministre des Outre-mer Annick Girardin, mais suite à l’accord trouvé, la rencontre a été annulée.

Le Ministre de l’Agriculture et des Outre-mer ont salué « une avancée concrète et significative pour les planteurs et pour une filière qui structure en profondeur l’économie réunionnaise ». Ericka Bareigts a salué la signature de l’accord entre l’industriel Tereos et les syndicats de planteurs.  Le député européen  Younous Omarjee a également réagi. « Le point d’équilibre d’un bon accord a été trouvé : il réside dans une meilleure répartition de la richesse et une augmentation des revenus des planteurs, soutenable pour l’industrie sucrière dans un contexte dominé par la disparition des quotas sucriers et une concurrence sur le marché européen et mondial de plus en plus sauvage ».

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment