Budget Outre-mer : Le gouvernement augmente « en dernière minute » les crédits en faveur de l’emploi outre-mer

No Comment

Lors de l’examen de la mission Outre-mer du projet de loi de finances 2019, la Ministre des Outre-mer Annick Girardin a présenté un amendement augmentant de 65 millions d’euros le programme « Emploi outre-mer».

«Le gouvernement a réalisé un effort supplémentaire de l’ordre de 130 millions d’euros afin d’abaisser le coût du travail en Outre-me tout en gardant l’objectif de garder une politique volontariste pour l’emploi et contre le travail illégal» a indiqué Annick Girardin au perchoir du Sénat après avoir mené des concertations entre les administrations et les professionnels». Ce nouvel apport de financements (65 millions d’euros) pour renforcer les exonérations de cotisations patronales de sécurité sociale (hors cotisations AT-MP) applicables à l’outre-mer dites « LODEOM ».Dans le détail, «les crédits du programme sont majorés de 100 M€ au titre du renforcement du champ du dispositif, dont 10 M€ en faveur de l’innovation dans le secteur des nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC) et sont minorés de 35 M€, à titre de gage, par redéploiement de crédits». « Ce n’est pas une trappe à bas salaires qui existe aujourd’hui mais une trappe à chômage qui existe aujourd’hui. Je veux aider les territoires d’Outre-mer, cette jeunesse peu à pas diplômé de sortir de cette trappe là» a justifié la Ministre des Outre-mer. Pour le sénateur guyanais Georges Patient, cet apport est  «la confirmation que la réforme (réforme des aides économiques, ndlr) n’était pas aboutie».

« Besoin d’un big-bang »

Lors des explications de vote de groupes politiques, les sénateurs ont majoritairement dénoncé les orientations du budget qui pénalisent l’activité économique en Outre-mer. « La concentration au voisinage du SMIC va certainement booster l’embauche dans un premier temps. Mais pour l’avenir, on risque d’enfermer nos outre-mer dans la « smicardisation » et les productions de moyenne gamme alors qu’il faut aussi aider les entreprises à retenir les talents ultramarins pour mener l’offensive sur les activités à haute valeur ajoutée» a souligné Michel Magras.

Dans des territoires où les classes moyennes ont déjà dépensé leur reste à vivre, on tente encore de le leur supprimer, dans des territoires où le logement insalubre fait florès et où la mortalité infantile est trois fois supérieure à la métropole, il faut sortir de la routine ! Nos pays ont besoin d’un big bang !» a ajouté Catherine  Conconne. Outre cet  amendement, le Sénat a adopté plusieurs amendements sur un le plan de prévention et d’investissement sur les risques naturels majeurs en outre-mer, sur un Fonds de soutien au sanitaire, social, culture, jeunesse, et l’adoption d’un fonds d’amorçage pour que l’État puisse régler les dettes fournisseurs des collectivités territoriales les plus urgentes d’un montant de 5 millions d’euros.

Le Sénat a adopté ce lundi 3 décembre par 216 voix pour et 20 voix contre les crédits de la mission « Outre-mer » ainsi que l’article 77 quinquies rattaché dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances (PLF) pour 2019.

Lire aussi