Agriculture : L’UGPBAN souhaite une équitable évaluation des normes européennes entre la banane européenne et la banane hors UE

No Comment

©DR

L’UGPBAN a été contrainte de modifier sa communication sur le Salon de l’Agriculture , mais affirme continuer le combat pour défendre la banane antillaise. L’UGPBAN dément catégoriquement les informations inexactes diffusées par l’Agence BIO dans son communiqué de presse du 1er mars 2017, alors que celle-ci n’était pas associée au recours judiciaire.

Le slogan « La Banane Française, mieux que BIO, c’est possible ! » lancée durant le Salon de l’Agriculture a été retiré sur le stand de l’UGPBAN. En effet, le Juge des référés du Tribunal de grande instance de Paris saisi par le syndicat de l’agroalimentaire bio Synabio,  a condamné le groupement des planteurs antillais à changer sa campagne publicitaire.
Ce vendredi 3 mars, l’UGPBAN a pris acte de la décision de la justice.  En réaction,  l’UGBAN a réaffirmé dans un communiqué que les « bananes sont labellisées bio aux normes européennes par un système d’équivalence ». Dans son communiqué, l’UGPBAN  précise que « l’action en cause n’a été introduite que par un seul syndicat de transformateurs et de distributeurs de produits biologiques, et en aucun cas de producteurs. En vérité, le juge a basé sa décision sur la forme et en aucun cas sur le fond.Cette décision, de pure forme, ne contredit pas le fait que les bananes dites « bio » importées de certaines zones de production hors Union Européenne, ne respectent pas le cahier des charges de l’agriculture biologique européenne ». Au salon de l’Agriculture, Eric de Lucy le président de l’UGPBAN affirme toutefois qu’il n’est pas contre le bio.

« Nous avons conscience que nous avons jeté un pavé dans la mare. Nous demandons seulement une juste évaluation des normes européennes pour tous » soutient David Mirre, producteur au groupement LPG (Les producteurs guadeloupéens). « La banane européenne est la seule banane au monde qui respecte 100% des normes sociales, environnementales, phytosanitaires, de sécurité et de traçabilité alimentaire définies par l’Europe » défend l’UGPBAN. La banane de Guadeloupe et de Martinique n’est pas non plus certifiée bio – même si elle essaie de s’en rapprocher – car la règlementation européenne est adaptée à une agriculture continentale et européenne, loin du climat tropical humide des Antilles et des parasites tropicaux, qui nécessitent l’usage de certains produits phytosanitaires. Mais entre 2006 et 2016, « on a réduit de 61% l’usage des pesticides »,a expliqué Eric de Lucy. lors d’une conférence de presse le 28 février dernier.

COMMUNIQUE DE PRESSE UGPBAN 3 mars 2017

Capture d’écran 2017-03-04 à 09.57.33

©UGPBAN

©UGPBAN

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment