Record battu pour la Polynésie [Vidéo]

No Comment

Le samedi 30 janvier restera gravé dans la mémoire des Polynésiens. Ils étaient 2980 danseurs et danseuses, amateurs et professionnels, à se rendre au Golf de Atimaono, sur la côte Ouest de l’île de Tahiti, pour battre le record du monde de danse tahitienne détenu précédemment par le Mexique. Mission accomplie.

Il y a quelques mois, les Polynésiens apprenaient que le record du monde de Ori Tahiti (danse tahitienne) était détenu par le Mexique. Il n’en fallait pas plus pour que la Polynésie française remette les pendules à l’heure et rendent à César, ce qui appartient à César. Ce samedi 30 janvier, ils se sont donc donné rendez-vous, sur la pelouse du golf de Atimaono, pour montrer au monde entier que la danse tahitienne était bien leur spécialité et coulait dans leurs veines. 2980, c’est le nombre total de danseurs et danseuses, amateurs ou professionnels, qui ont battu ce record. Les critères sont simples : apprendre une seule et même chorégraphie, la réaliser de façon synchrone et surtout, ne pas s’arrêter au risque d’être éliminé par le Jury.

2980 danseurs et danseuses se sont donner rendez-vous pour battre le record du Monde de Ori Tahiti ©Karim Mahdjouba / TNTV

2980 danseurs et danseuses se sont donner rendez-vous pour battre le record du Monde de Ori Tahiti ©Karim Mahdjouba / TNTV

Mission accomplie à la fin de la chorégraphie ! Sur les réseaux sociaux, l’évènement fait le buzz. Les médias de la place, Polynésie 1ère, TNTV ou encore, Tahiti-infos, inondent Facebook d’images impressionnantes du record. La commune de Moorea (île soeur de Tahiti) enregistre plus de 18 000 vues des répétitions qui ont eu lieu dans le Ferry qui emmenait les participants à Tahiti. Après le record du monde du Ukulele, battu en avril 2015 par près de 5000 Polynésiens, ces derniers ont encore montré qu’ils étaient maitres absolus de leur culture. Makau Foster, chef de troupe bien connue des Polynésiens et chorégraphe de ce record, a voulu rappeler que la danse tahitienne ne se pratique pas à la légère. Cette dernière observe un engouement mondial pour cette danse mais déplore une dénaturalisation du Ori Tahiti, dont chaque pas et chaque gestes est symbolique. « J’aimerais que mes enfants, mes petits enfants, sachent que j’ai défendu cette cause : sauvegarder la culture, non pas du bout des lèvres, mais la labelliser« , elle poursuit, « les pas traditionnels se perdent« , au profit du folklore.

Pas seulement un défi, donc. Mais un vrai cri d’alerte fasse à l’engouement mondial pour les arts polynésiens, engouement qui menace ces derniers. Sans pour autant se replier sur eux-mêmes, les Polynésiens souhaitent partager leur culture, traditions, arts, tout en faisant en sorte que, personne ne parle à leur place. A Outremers360, on dit bravo, et on demande des cours de danse traditionnelle !

©Facebook Commune de Moorea-Maiao

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment