Polynésie française : Les îles Marquises préparent l’UNESCO

No Comment

Le dossier a été initié en 1996. En bonne voie aujourd’hui, la candidature des îles Marquises au Patrimoine Mondial de l’Humanité poursuit son chemin. En déplacement sur l’île de Hiva Oa samedi, Edouard Fritch, président du gouvernement, a rencontré les élus de l’archipel pour évoquer plusieurs dossiers, dont celui de l’UNESCO.

Des îles aux falaises escarpées tombants à pic dans la profondeur de l’Océan. Des monts verdoyants façonnés par la violence volcanique et le poids des millénaires. Les îles Marquises, appelée aussi Terre des Hommes, pourraient bien être le premier site de Polynésie française à bénéficier du classement Patrimoine Mondial de l’Humanité. Pour cela, les élus locaux souhaitent engager une démarche « cohérente et concertée », avec le gouvernement. C’était un des buts de la visite d’Edouard Fritch dans l’archipel, avec la Communauté des Communes des îles Marquises (CODIM). Il a notamment été question de gouvernance du projet. « La coordination des comités de gestion », qui était du ressort de l’association « Motu Haka » sera dorénavant assurée par la CODIM. L’association restera « un des partenaires associatifs attachés à la CODIM », nous explique le communiqué gouvernemental relayé par Radio1.

Autre site à candidater, le Marae Taputapuatea, sur l'île de Raiatea ©Pierre Lesage

Autre site à candidater, le Marae Taputapuatea, sur l’île de Raiatea ©Pierre Lesage

Prévue en février 2016, la mission d’experts aura pour but de rédiger les cahiers des charges pour une nouvelle candidature, cette fois-ci au bureau d’experts. Celui-ci sera ensuite chargé de justifier « la valeur universelle exceptionnelle des sites marquisiens ». Un autre site de Polynésie française tente de décrocher le précieux label. Le dossier du site du « Marae Taputapuatea », sur l’île de Raiatea (îles de la Société), poursuit son cours. En octobre, l’unanimité des élus de l’Assemblée de Polynésie française votaient pour l’inscription du site, la candidature devrait être instruite en 2017. Dans l’Outre-mer, seuls deux sites sont classés au Patrimoine Mondial de l’Humanité : les lagons de Nouvelle-Calédonie et les Pitons, cirques et remparts de la Réunion. Si un tel classement offre une vitrine importante pour les sites, les bénéfices économiques sont tout aussi considérables.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment