Nouvelle-Calédonie: Agnès Siraut, « pédagogue passionnée » et artiste-peintre en secret

No Comment

©Outremers360

Chef du Service Etudiant de la Maison de la Nouvelle-Calédonie à Paris, Agnès Siraut a revêtu, le temps d’une soirée, son habit d’artiste-peintre pour sa première exposition dans la Capitale, à l’espace exposition de la Bred, situé rue de Rivoli. L’occasion de rencontrer Asir, l’artiste discrète qui se cache derrière la « pédagogue passionnée ».

Agnès Siraut « aura des années durant accompagné des centaines d’enfants d’abord, puis aujourd’hui d’étudiants, dans la construction de leur propre expression » raconte sa collègue amie et écrivain Anne Bihan. En effet, Agnès Siraut est plus connue pour être la Chef du Service Etudiant de la Maison de la Nouvelle-Calédonie, véritable chef d’orchestre de l’accueil et du suivi des étudiants calédoniens qui arrivent chaque année en masse dans l’Hexagone.

Mais cette fois-ci, c’est sous son pseudonyme Asir qu’Agnès Siraut se dévoile. « La passion date de longtemps » confie Agnès Siraut. « Je me suis arrangée pour faire des études et j’ai pris des chemins de traverse pour arriver à la peinture » poursuit l’artiste-peintre. Née à Poitiers, c’est pourtant en Nouvelle-Calédonie qu’Agnès Siraut a déployé sa carrière professionnelle et laissé grandir l’artiste Asir. « La première exposition, c’était avant mon départ de Nouvelle-Calédonie (…). Mais arrivée à Paris, j’ai eu envie de peindre la Nouvelle-Calédonie beaucoup plus que lorsque j’y étais ».

Preuve en est avec le résultat. Les œuvres d’Asir reflètent l’Océanie, la Mélanésie et l’artiste se plaît à s’essayer aux pointillisme aborigène, avec succès. « La peinture d’Asir est à l’image de sa trajectoire. Réfléchie, et secrète. flamboyante aussi », termine Anne Bihan, qui finalement, sait mieux que quiconque raconter l’œuvre de celle qu’elle côtoie chaque jour, à la Maison de la Nouvelle-Calédonie. Pour l’heure, les œuvres d’Agnès Siraut sont visibles à l’espace exposition et Outre-mer de la Bred, à Paris, rue de Rivoli. Néanmoins, l’artiste travaille sur une exposition plus « grand public », dans une galerie.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment