Histoire & Culture: Plongée dans la mythologie tahitienne

No Comment

L’ethno-linguiste Alexandre Juster revient en 2017 avec un nouvel ouvrage, « La mythologie tahitienne pour tous »: « 20 récits issus de la littérature orale tahitienne » pour suivre « toutes les étapes de la création du monde d’après les anciens Tahitiens ». En 2016, Alexandre Juster avait publié l’Histoire de la Polynésie française en 101 dates.

Beaucoup connaissent Maui et ses exploits. Bien avant le renouveau culturel polynésien et Disney, les anciens polynésiens racontaient déjà ses nombreux hauts faits, dans un scrupuleux respect de la tradition orale: la parole qui se transmet de générations en générations. Dans les années 80, l’artiste-peintre et chanteur Bobby Holcomb expliquait à travers ses œuvres comment Maui tissa un filet, consolidé par un des cheveux de sa bien-aimée Hina, afin de retenir le soleil qui avait décidé de se lever très tard et traverser le ciel en quelques instants, laissant les hommes sans ressources.

Tableau du peintre et chanteur Bobby Holcomb ©DR

Tableau du peintre et chanteur Bobby Holcomb ©DR

Avec « La mythologie tahitienne pour tous », Alexandre Juster veut « dépoussiérer la mythologie tahitienne », jusque là restituée dans d’anciens écrits, et propose d’aller plus loin, de plonger au cœur de la création, de « l’origine du monde, quand il n’y avait ni avant, ni après, ni jour, ni nuit, ni saison. Quand Taaroa, le créateur, vivait seul dans les Ténèbres ». Car avec Maui, il y a avait aussi Taaroa, le dieu créateur donc, mais aussi Tane, Hina, Pai, Hiro ou encore, Tafai le pêcheur d’îles. Dans ce nouvel ouvrage, Alexandre Juster vous plonge dans six générations de dieux et déesses fondateurs des légendes polynésiennes. Les récits que propose l’ethno-linguiste sont des épopées, des voyages à travers les îles polynésiennes, dont certaines furent jadis des poissons comme Tahiti, afin de comprendre les rouages de cette mythologie si peu connue et pourtant aussi passionnante que le Panthéon grec. A travers un respect scrupuleux de la tradition orale polynésienne, Alexandre Juster restitue des siècles de légendes épiques qui expliquaient comment les hommes ont construit leurs vies sur ces îles éloignées des continents, avec l’aide des dieux.

Interprétation de la légende du cocotier par Bobby Holcomb

Interprétation de la légende du cocotier par Bobby Holcomb

« Bienvenue à Havaii*, l’île originelle des Tahitiens où vivent par centaines des dieux, des monstres, des ogresses et des humains invincibles, insoumis et parfois cruels », relate la quatrième de couverture du livre. « La mythologie tahitienne pour tous » s’adresse à la fois à cette nouvelle génération de polynésiens, curieuse d’en savoir plus sur les légendes fondatrices que se transmettaient leurs ancêtres, mais aussi aux passionnés d’épopées, de récits historiques et culturels où dieux et déesses rivalisent d’exploits pour impressionner les mortels, et leur donner toutes les ressources nécessaires à la vie dans le grand Pacifique. Pour transmettre ces récits, Alexandre Juster s’est aidé des son savoir mais aussi d’auteurs essentiels dans la connaissance et la transmission des légendes ancestrales: Teuira Henry, Henry Adams, Bengt Danielsson, Takau Pomare ou encore, Bruno Saura. En point final, l’auteur propose au lecteur de raconter une autre histoire, son histoire, afin de reprendre, poursuivre et perpétuer l’oralité qui fut jadis un des piliers de la Culture polynésienne. « La mythologie tahitienne pour tous » est d’ores et déjà disponible sur Amazon et débarquera d’ici peu dans les librairies de Tahiti.

15826048_379563422397021_3459180588493828652_n

*Havaii est l’ancien nom de l’île de Raiatea, située dans le sous-ensemble des Îles-sous-le-Vent (Raromata’i) et dans l’archipel de la Société. C’est également là où se trouve le Marae Taputapuatea, un des berceau de la Polynésie ancestrale. La légende dit que le Marae a été érigé à l’endroit même où le dieux créateur Taaroa a posé son pied sur terre pour la première fois.

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment