Culture : Les liens polynésiens se resserrent

No Comment

Des étudiants polynésiens et maoris ont monté une comédie musicale les liens forts qu’entretiennent les peuples polynésiens, notamment les Tahitiens et les Maoris. Cette oeuvre s’inscrit dans un projet de liaison plus vaste baptisé Te Hono Hau.

Situons le contexte pour une meilleure compréhension de l’initiative. Il y a 3000 ans, le peuple polynésien conquis le grand Océan Pacifique à l’aide de grandes pirogues doubles et guidés par les astres. Loin d’être des naufragés de bonne fortune, les Polynésiens savaient exactement où ils allaient. C’est ainsi qu’ils arrivèrent sur « l’île Sacrée » de Rai’atea, anciennement appelée Hava’i. L’île, située dans l’archipel de la Société, est le berceau du peuplement de la grande Polynésie, celle qui s’étire de Hawaï au nord, jusqu’à la Nouvelle-Zélande au sud-ouest et l’île de Pâques au sud-est, et qui comprend en son centre, l’actuelle Polynésie française, les îles Cook, Samoa, Fidji et les Tonga, entre autre. Tous ces peuples, dispersés sur ses nombreuses îles, partagent donc des liens culturels et originels très fort. Sur l’île de Rai’iatea, le marae (temple polynésien) de Taputapuatea et les langues polynésiennes aux racines similaires sont les témoins encore vivants de ces liens forts. Et c’est pour commémorer et se souvenir de ces liens que des étudiants de l’Université de Polynésie française et de l’Université de Waikato en Nouvelle-Zélande ont monté ce grand projet artistique, Te Hono Hau.

Le 15 janvier 2015, au Grand Théâtre de la Maison de la Culture à Papeete, les étudiants polynésiens et maoris présenteront leur comédie musicale, E Rua ia Here. « Un spectacle inédit », qui fait partie du grand projet artistique Te Hono Hau et mettant en scène l’amour impossible d’une princesse tahitienne et d’un prince maori. En tout, 24 étudiants tahitiens et 18 étudiants maoris ont pris part à l’élaboration du spectacle. D’ailleurs, les 18 étudiants maoris sont attendus en Polynésie française mardi prochain. Représentation unique, tous se rendront ensuite à Aotearoa (nom maori de la Nouvelle-Zélande, signifiant « grand monde blanc » ou « grand nuage blanc »), en Février, pour quatre représentations. Pour information, le terme Maori, qui défini les polynésiens de Nouvelle-Zélande, se dit Ma’ohi en langue tahitienne et définit le même peuple polynésien. Aux îles Hawaï, le terme prend un L et devient Maoli. Il y a quelques années, le La’amaikahiki Hula Festival célébrait les liens culturels entre Tahiti et Hawaï. Son nom a été prêté à un chenal hawaïen signifiant, mot pour mot, « chemin qui mène à Tahiti », Kahiki étant le pendant en langue hawaïenne de Tahiti.

Les Polynésiens ne devraient en aucun cas manquer la comédie musicale E Rua ia Here, retraçant les liens culturels et originels entre Maoris et Ma'ohi ©DR

Les Polynésiens ne devraient en aucun cas manquer la comédie musicale E Rua ia Here, retraçant les liens culturels et originels entre Maoris et Ma’ohi ©DR

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont précisés (obligatoire)

Pas de commentaires pour le moment